Connexion

CLASSEMENT UNICEF

Bien-être des ados: la France peut mieux faire

La France a encore de nombreux progrès à faire pour le bien-être des enfants. Selon un rapport de l’Unicef, publié mercredi 10 avril, la France ne se classe qu’à la treizième place d’un classement dominé par les Pays-Bas, la Norvège et l’Islande.

Photo DR kamshots/ Flickr

"Un véritable baromètre international"

L’étude de l’Unicef vise à analyser la situation des enfants et adolescents dans 29 des économies "les plus avancées du monde" en s’appuyant sur cinq dimensions de la vie des jeunes : le bien-être matériel, la santé et la sécurité, l’éducation, les comportements à risques, le logement et l’environnement. Au total, 26 indicateurs ont été pris en compte pour établir ce rapport, allant du taux de pauvreté au taux de mortalité, en passant par la consommation de tabac ou encore l’activité physique.

Pour Michèle Barzach, présidente de l'UNICEF France, cette enquête constitue "un véritable baromètre international" qui permettra aux pays concernés d’améliorer leurs actions en direction des jeunes.

A la tête du classement : les Pays-Bas, qui décrochent la première place, suivis de la Norvège,  l’Islande, la Finlande, la Suède et l’Allemagne. Parmi les mauvais élèves : la Grèce, qui se classe au 25e rang du classement, suivie des Etats-Unis, de la Lituanie, la Lettonie et de la Roumanie.

La France arrive à la 13e place du classement général

La France, elle, n'arrive qu'à la 13e du classement général, avec des  performances jugées "très inégales" souligne le rapport. Bien qu’elle occupe la première place pour la scolarisation des enfants de 4 à 6 ans, et qu’elle soit également bien classée en matière de prévention de la natalité chez les adolescentes et de consommation d'alcool, la France a des progrès à faire dans plusieurs autres domaines.

En matière de "bien-être scolaire", la France obtient par exemple les résultats les plus critiques pour la réussite scolaire à l’âge de 15 ans et enregistre une importante chute du taux de scolarisation dans l’enseignement secondaire. Selon le rapport Unicef, la France fait partie des cancres concernant la scolarisation des adolescents de 15 à 19 ans qui ne sont ni à l'école, ni en formation, ni sur le marché du travail. 

Le taux de pauvreté des enfants est également en augmentation constante dans le pays (9,5 %), plaçant la France au 12e rang, loin derrière les pays nordiques

La France mauvaise élève en matière de dialogue parents-enfants

L’étude UNICEF/Innocenti révèle également les opinions des adolescents sur leur propre satisfaction à l’égard de la vie. Environ 85 % des jeunes se déclarent satisfaits ou très satisfaits. En revanche, seulement 50,3 % estiment qu’il est facile de parler avec leur père et 71,2 % avec leur mère. La France mauvaise élève, donc, en matière de dialogue parents/adolescents occupe le dernier rang du classement.

"Cocktail explosif"

"En France, la montée de la pauvreté des enfants et du chômage des jeunes, les comportements addictifs auxquels s’ajoute le sentiment des adolescents de ne pas être entendus par les adultes constituent un cocktail explosif qui appelle à un réel plan national pour la jeunesse renforçant la prévention, l’écoute et l’intégration des jeunes dans la sociét", estime Michèle Barzach. Selon la présidente de l'UNICEF France, "la France dépense beaucoup pour des résultats très mitigés ". Il faut donc selon elle que le pays améliore "l’efficacité de son action en direction des enfants et des jeunes".

Noter
0