Connexion

Apple attaqué en justice pour avoir bridé les performances des anciens iPhones

Des plaintes ont été déposées contre Apple par de clients aux Etats-Unis et en Israël après que l'entreprise américaine a admis avoir réduit les performances des anciens modèles d'iPhone. Les plaignants estiment que la marque à la pomme aurait dû davantage communiquer sur le sujet, leur évitant de racheter de nouveaux modèles du smartphone.

L’aveu d’Apple, qui a reconnu avoir bridé volontairement certains de ses anciens modèles d’iPhone mardi 26 décembre. Après des années d’accusations récurrentes dans la presse spécialisée, Apple a récemment été contraint de reconnaitre que certaines mises à jour de son système d’exploitation avaient pour effet de ralentir le fonctionnement d’anciennes versions de son iPhone (les modèles 6s et les 7 notamment). La société affirme toutefois avoir recouru à cette solution pour prolonger la durée de vie des appareils aux batteries anciennes – moins en moins capables de supporter des pics de consommation d'énergie.

De façon plus générale, le fabricant est régulièrement accusé de limiter sciemment la durée de vie de ses appareils pour pousser les consommateurs à racheter les nouveaux modèles – une pratique qui s’appelle "l’obsolescence programmée". La révélation a été permise par une étude détaillée par John Poole, le développeur du logiciel Geekbench. Graphiques à l’appui, il a réussi à prouver que plus les versions d’iOS – le système d'exploitation mobile développé par Apple – évoluent, et plus le temps passe, plus les performances des appareils baissent.

La multinationale américaine, prise la main dans le sac, a ainsi confirmé les rumeurs de ralentissements volontaires. Cette révélation a mis le feu aux poudres, et 8 plaintes ont été déposées dans la seule journée d’hier seuls Etats-Unis. Les plaignants accusent le groupe d’avoir un comportement "trompeur, immoral et contraire à l’éthique" - l'une d'entre elles réclame 999 milliards de dollars de dommages et intérêts. Elle se concentrent sur deux chefs d’accusation : fraude par dissimulation et la concurrence déloyale

Une plainte, déposée à Chicago, développe : l'entreprise a "soumis inutilement les consommateurs à l’achat d’iPhone plus récents et plus coûteux alors qu’une batterie de remplacement permettrait aux consommateurs de continuer à utiliser leurs anciens iPhone". Remplacer la batterie coûte en effet 67 euros, alors que les nouveaux modèles coûtent tous plus de 1000 euros. Le choix opéré par Apple de ralentir le système en catimini n’a en l’occurrence fait l’objet d’aucune annonce à ses clients. Selon le quotidien israélien Haaretz, une juridiction israélienne a été saisie d'une plainte similaire.

Noter
0