Connexion

IN UTERO

L’apprentissage de la langue se ferait dès la vie intra-utérine

Une étude américano-suédoise parue dans la revue scientifique Acta Paediatrica révèle que les nouveaux-nés ne réagissent pas de la même manière en entendant leur langue maternelle et une langue étrangère. La raison : l’apprentissage de la langue commencerait bien avant le terme de la grossesse.

Photo : harinaivotez/flickr cc.

Le fœtus apprend le langage dans l’utérus de sa mère : c’est ce que révèle une étude américano-suédoise parue dans la revue scientifique Acta Paediatrica. Le processus d’apprentissage se ferait dès la trentième semaine de grossesse (entre le 7e et le 8e mois), quand le fœtus se met à écouter sa mère grâce à un système auditif devenu fonctionnel. Ces mécanismes sensoriels permettent au fœtus d’être à l’écoute de la « langue ambiante », le plus fréquemment celle de sa mère.

Déroulement de l’étude

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs suédois et américains ont étudié, chacun dans leur pays, 40 bébés filles et garçons entre 7 et 75 heures après leur naissance, en observant les mouvements et les durées de succion après avoir connecté leur tétine à un ordinateur. Les mères de ces enfants étaient monolingues. Les chercheurs ont alors constaté que les bébés avaient des réactions différentes selon qu'ils entendaient des sons familiers ou étrangers. Les bébés ne sucaient pas leur tétine avec la même vigueur.

Les bébés ont été divisés en deux groupes, l’un entendant des voyelles dans sa langue maternelle, l’autre dans une langue étrangère. Or les chercheurs ont constaté que les nourrissons du premier groupe avaient tendance à avoir un rythme de succion plus élevé que les autres.

Réactions aux voyelles

Patricia Kuhl, co-directrice de l'université de Washington Institute pour les sciences du cerveau et l'apprentissage et co-auteure de l’étude, explique que les voyelles prononcées par la femme enceinte sont particulièrement stimulantes pour le fœtus : « Les voyelles sont les sons sur lesquels le fœtus se focalise le plus », souligne-t-elle. Ce qui explique pourquoi les nouveaux-nés ont réagi lorsqu’ils entendaient une voyelle dans leur langue maternelle.

Les auteurs de l’étude font par ailleurs remarquer qu'il n'y avait pas de différences statistiquement significatives entre les bébés de sexes et de poids différents à la naissance.

Que faire de cette étude ?

Maintenant, les chercheurs se demandent comment ils peuvent utiliser cette découverte. Jusqu’alors on pensait que l’apprentissage de la langue commençait six mois après la naissance: « C'est la première étude qui montre que le fœtus peut apprendre des sons avant la naissance, grâce à la langue de la mère, en particulier », explique une des auteurs de l'étude, Christine Moon, professeur de psychologie à l'université Pacific Lutheran à Tacoma (Washington) dans un communiqué.

Une étude qui encouragera certainement les futures mamans qui le souhaiteraient à parler à leurs enfants quand il est encore dans leur ventre, mais qui interroge aussi sur cette vie prénatale et sur les multiples répercussions de cette période de gestation sur la vie, le comportement et le caractère de l’enfant.

Noter
0