Connexion

révolte

Des Syriens ouvrent des hôpitaux clandestins

Depuis mars 2011, le gouvernement de Bachar-el-Assad continue de réprimer violemment les manifestations. Déjà plus de 5 400 personnes sont mortes. Pour soigner les manifestants, des hôpitaux de fortune ont été ouverts. Malheureusement, les moyens manquent et les conditions sont précaires.

À Homs, les manifestants blessés continuent d’affluer dans les hôpitaux clandestins pour s’y faire soigner. Là, des médecins s’affairent à remettre sur pied les blessés du régime répressif de Bachar-el-Assad, mais les moyens ne suivent pas. Les médicaments sont rangés sur de simples étagères et le matériel médical dans un réfrigérateur. Des volontaires n’hésitent pas à donner leur sang afin de sauver les manifestants, dont beaucoup sont déjà morts en martyrs de la révolution

Noter
0