Connexion

SOMMET DU G8

Un sommet sans Poutine mais avec Hollande

Barack Obama ouvre les portes de sa résidence de Camp David aux dirigeants du G8. L’occasion pour les chefs d’État des huit pays les plus riches de la planète d’aborder de nombreux sujets sensibles tels que la Syrie, la Birmanie, l’Iran ou la Corée du Nord. Le fraîchement investi François Hollande aura également le loisir de faire ses premiers pas sur la scène internationale.

Les membres du G8 réunis en Italie le 8 juillet 2009. Photo : Presidential Press and Information Office / cc
C’est un G8 inhabituel qu’accueillera Barack Obama les 18 et 19 mai prochains dans sa résidence de Camp David située dans le Maryland, non loin de la capitale américaine. Un G8 riche d’un nouveau membre, en la présence de François Hollande et vide d’un membre boudeur, en la personne de Vladimir Poutine, qui a préféré envoyer l’ancien président russe et nouveau Premier ministre Dmitri Medvedev afin de le représenter.

Vladimir Poutine s’occupe de son gouvernement

Une absence qui fait beaucoup parlé d’elle. Vladimir Poutine, fraîchement investi a annoncé la semaine dernière ne pas pouvoir se rendre au sommet du G8, invoquant la formation de son gouvernement. C’est donc son Premier ministre et prédécesseur à la présidence, Dmitri Medvedev, qui le remplacera lors de ce voyage officiel, qui aurait dû être le premier de son nouveau mandat.

Selon une déclaration du Kremlin, Vladimir Poutine aurait téléphoné à Barack Obama afin de l’informer qu’il "em>ne pourrait malheureusement pas participer au sommet du G8 parce que la formation du gouvernement ne serait probablement pas terminée d’ici-là".

Un prétexte qui sonne faux pour de nombreux analystes, à l’heure où les États-Unis condamnent vivement la répression des mouvements de contestation qui sévissent sur tout le territoire russe, à l’occasion de l’investiture du président.

Premier pas du président français

François Hollande fera quant à lui ses premiers pas sur la scène diplomatique mondiale. Des pas qui seront largement épiés et analysés. Le seul nouveau chef d’Etat du G8 n’aura pas droit à l’erreur.

Et c’est pourtant sur une question piège que démarreront les discussions entre Barack Obama et le président français. Invité quelques heures avant le début officiel du sommet, François Hollande se rendra à la Maison Blanche où il sera accueilli par le président américain afin de s’entretenir sur le sensible dossier afghan.

Alors que François Hollande se prononce pour un retrait des troupes françaises du territoire avant la fin de l’année 2012, Barack Obama s’est engagé pour un retrait en 2014. Dans cette chaîne ou la France n’est qu’un maillon et les Etats-Unis les principaux acteurs, François Hollande aura le loisir d’user de son sens du compromis et sera sans doute amener à nuancer un discours qu’il aura les pires difficultés à mettre en œuvre. Le retrait des troupes françaises d’Afghanistan étant techniquement impossible avant mi 2013.

Le G8 se veut uni face à la Syrie

Comme à son habitude, le G8 s’écartera de ses prérogatives traditionnelles. Les questions économiques seront sans doute reléguées au deuxième plan face à un programme chargé.

Les présidents Barack ObamaFrançois Hollande, la chancelière allemande Angela Merkel, Le Premier ministre canadien Stephen Harper, son homologue italien Mario Monti ainsi que le japonais Yoshihiko Noda, le représentant de Vladimir PoutineDmitri Medvedev, le Premier ministre britannique David Cameron et les deux représentants de l’Union Européenne, le président Herman Van Rompuy ainsi que le président de la Commission européenne Jose Manuel Barroso se rencontreront dès le vendredi 18 au soir à l’occasion d’un premier dîner consacré à la Syrie, l’Iran, la Corée du Nord et la Birmanie.

Le G8 profitera de ce programme pour mettre en garde la Russie sur le dossier syrien. Pour les chefs d’Etat des huit pays les plus riches de la planète, pas question d’apparaître désunis face à une menace de guerre civile dans la Syrie de Bachar al-Assad.

Les chefs d’Etat se penchent sur la sécurité alimentaire en Afrique

Ce court sommet de moins de 24 heures sera également l’occasion d’aborder les questions de sécurité alimentaire en Afrique. A cette occasion, Barack Obama a convié, samedi 19 mai, quatre présidents africains, afin de participer aux discussions sur le sujet. Yayi Boni, Président du Bénin et de l’Union Africaine, Meles Zenawi pour l’Ethiopie, John Mills pour le Ghana et Jakaya Kikwete pour la Tanzanie seront à la table des décideurs pendant cette dernière journée du G8.

François Hollande ainsi que d’autres chefs d’Etat se retrouveront dès le 20 mai, à Chicago, ville d’origine du président américain, à l’occasion du sommet de l’OTAN organisé sur deux jours. Sommet qui devrait être largement consacré à la présence des forces militaires en Afghanistan.

Noter
4