Connexion

DROITS DES FEMMES

Iran: 77 filières universitaires désormais interdites aux femmes

L’Iran a banni les femmes de 77 filières universitaires, comprenant des cours depuis la littérature anglaise à la biologie. Si trente-six facultés iraniennes sont concernées par cette mesure, faut-il y voir une volonté de la République islamique de renvoyer les femmes à la sphère privée ?

L'avocate iranienne Shirin Ebadi, Prix Nobel de la Paix en 2003, s'est associée aux activistes féministes iraniennes pour dénoncer la fermeture de 77 filières universitaires aux femmes / photo : Olivier Pacteau - cc

77 filières universitaires interdites aux femmes

L’Iran a banni les femmes de 77 filières universitaires, comprenant des cours depuis la littérature anglaise à la biologie. Trente-six facultés iraniennes sont concernées par cette mesure.

Des lois pour "renvoyer les femmes à domicile" ?

Des activistes iraniennes et la prix Nobel de la Paix, Shirin Ebadi ont envoyé une lettre à ce propos au secrétaire générale de l’ONU Ban Ki Moon, au Haut Commissaire pour les Droits de l’Homme de l’organisation, Navi Pillayi, et au rapporteur de l’ONU pour les droits de l’homme en Iran, Ahmad Shaheed. Elles y dénoncent une série de nouvelles lois votées par la République islamique dans une volonté de : "renvoyer les femmes à la sphère privée, à domicile". Shirin Ebadi, auteure de la lettre met en lumière l’objectif de ces mesures : "Le but est de pousser les femmes à renoncer à s’opposer au régime et à exiger des droits".

Les autorités Cléricales accusent l'éducation des femmes de réduire le taux de natalité

Les autorités cléricales, principal soutien de ces réformes, appuient ces mesures sur la théorie selon laquelle l’éducation des femmes aurait des effets secondaires tels que la baisse du taux de natalité et de mariage. Ces lois interviennent alors qu’à l’issue des dernières sessions d’examens, le taux de réussite des femmes avait dépassé celui des hommes avec 3 diplômées pour 2 diplômés. 60% des étudiants iraniens sont aujourd’hui des femmes.

"Certains domaines ne sont pas adaptés à la nature de la femme"

Un pas en arrière ? Interrogé par le site Rooz Online, Abdolfazl Hassani, un officiel de l’enseignement supérieur iranien a déclaré que "certains domaines ne sont" tout simplement "pas adaptés à la nature de la femme". 

Globalpost / Adaptation Stéphan Harraudeau pour JOLPress

Noter
0