Connexion

PRÉSIDENTIELLE ISLANDAISE

Cinquième mandat pour Olafur Ragnar Grimsson

Les Islandais ont choisi de redonner leur confiance au Président sortant Olafur Ragnar Grimsson, lors des élections organisées samedi 30 juin. Après 16 années passées à la tête de l’Islande, ce septuagénaire entame ainsi son cinquième mandat.

Cinquième mandat à la tête de l’Islande pour Olafur Ragnar Grimsson. Photo : Poptech / Flickr / cc

Cinquième mandat à la tête de l’Islande pour le président sortant Olafur Ragnar Grimsson. Ce septuagénaire a été réélu samedi 30 juin avec 52,78% des voix, dépassant ainsi largement sa principale rivale, Thora Arnosdottir, qui malgré son manque d’expérience politique, avait fait un début de campagne prometteur.

Une journaliste pour incarner l’espoir des Islandais

Cette journaliste et mère de famille de 37 ans n’aura recueilli que 33,16% des voix. Au soir des résultats, elle a reconnu sa défaite devant les caméras de télévision.

"Ça a été une expérience très précieuse. Maintenant je vais m’occuper de ma nouvelle fille et de mes autres enfants, prendre un congé maternité et réfléchir à la manière dont je peux me servir de cette expérience", a-t-elle déclaré, quelques minutes après la fermeture officielle des bureaux de vote.

Les femmes reprennent le pouvoir en Islande

Alors qu’en janvier dernier, Olafur Ragnar Grimsson avait déclaré ne pas vouloir briguer de cinquième mandat à la tête de l’Islande, la voie avait été ouverte pour permettre à l’opposition d’accéder au pouvoir. Une opposition sans étiquette a alors été incarnée par une femme, qui sont nombreuses à accéder aux postes à responsabilité en Islande depuis la crise de 2008.

Finalement, plus de 30 000 Islandais (l’Islande compte 380 000 âmes) ont signé une pétition, en mars dernier, afin de plébisciter le Président au pouvoir, le poussant ainsi à se présenter de nouveau face à ses électeurs.

Dans ce pays de l’avant-garde féministe, où Vigdis Finnbogadottir a été la première femme au monde à être élue démocratiquement à la tête d’un pays (1980-1996), où le pouvoir est incarné par Jóhanna Sigurðardóttir, une Première ministre ouvertement homosexuelle et où l'Église vient d’ordonner sa première femme archevêque, l’élection de Thora Arnosdottir aurait été tout à fait envisageable pour les Islandais.

Trois élections, cinq mandats

Bien que la fonction présidentielle en Islande soit purement honorifique, Thora Arnosdottir a mené une campagne dynamique, axée autour du changement, après 16 années de présidence d'Olafur Ragnar Grimsson.

C’est donc un cinquième mandat de quatre ans qui s’ouvre pour le président sortant, qui a la grande particularité de n’avoir été élu que trois fois. A deux reprises, lors des quatre derniers scrutins présidentiels, aucun adversaire n’avait souhaité s’opposer à lui.

Depuis son indépendance du Danemark, obtenue en 1944, le pays a donc été "dirig" par cinq Présidents successifs dont trois ont été réélu quatre fois.

Noter
0