Connexion

France

Le Monde, la référence française internationale

Le Monde est un quotidien français emblématique diffusé à plus de 300 000 exemplaires en France et au-delà de 40 000 exemplaires à l’étranger. Très vite considéré comme le « quotidien de référence » ouvert sur l’international, Le Monde a su rester indépendant, même si, au cours de ses soixante années d’existence, il a connu des évolutions majeures. Dans une situation économique difficile, il a été racheté par Pierre Bergé. Il bénéficie d’une audience quotidienne de 1 895 000 lecteurs. Il fut fondé par Hubert Beuve-Méry en 1944. Son succès ne dément pas depuis lors. La ligne éditoriale se situe au centre gauche.

 

Dès sa parution, un journal de référence

 

Le 18 décembre 1944, est publié le tout premier numéro du Monde, daté du 19 décembre. Il est encore une ébauche, riche d’une seule page. Le nouveau journal reprend la formule du Temps, un titre d’avant-guerre dont il récupère les locaux rue des Italiens et dans lesquels il restera 44 ans.

Le général De Gaulle souhaite que la France possède un grand journal international : cette ambition constitue un élément moteur de la création du journal et contribue à en faire dès avant sa création un journal à l’ambition affichée.

 

Une figure centrale : Hubert Beuve-Méry

 

Né le 5 janvier 1902 à Paris et mort le 6 août 1989 à Fontainebleau, le fondateur du Monde a suivi des études de lettres et passé un doctorat en droit. Hubert Beuve-Méry devient, de 1928 à 1939, directeur de la section juridique de l’Institut français de Prague, et, plus tard, professeur à l’École tchécoslovaque des hautes études commerciales.

Beuve-Méry devient en 1935 correspondant au Temps, dans lequel il s’efforce de dénoncer la montée du péril hitlérien dans l’Europe balkanique. Il démissionnera en 1938 pour marquer son désaccord avec la direction du quotidien sur sa politique envers Hitler.

 

Le bâtisseur de Mondes

 

Résistant, il devient rédacteur en chef du Temps, alors hebdomadaire, en 1944. Mais le titre ne reçoit pas l’autorisation de reparaître à la Libération : Beuve-Méry fonde Le Monde, qui va reprendre les locaux, les installations et une partie du personnel de feu Le Temps pour occuper la place de grand quotidien d’information national.

Il est lauréat de la plume d’or de la liberté en 1972 et fonde Le Monde Diplomatique en 1954.

 

Le temps de la tourmente

 

Dans les années 1980 et 1990, le quotidien connaît une situation financière difficile. S’en suit une période de flottements et de déséquilibres jusqu’à la moitié des années 2000 : c’est le temps de l’indécision et du questionnement pour Le Monde.

Puis le 19 décembre 2007, tout s’accélère : le président du directoire, Pierre Jeantet, le vice-président, Bruno Patino et le directeur du journal, Éric Fottorino démissionnent tous les trois. C’est la stupeur dans la rédaction et dans le monde journalistique. Toutefois, Éric Fottorino décide finalement de revenir sur sa démission. Il est nommé président du directoire le 25 janvier 2008.

 

Atermoiements et désaccords

 

Cinq repreneurs potentiels se présentent en juin 2010 : Le Nouvel Observateur, le groupe El Pais (Espagne), le groupe de presse L’Espresso (Italie), le groupe de presse Ringier (Suisse) ainsi qu’un trio formé par Pierre Bergé (entrepreneur, propriétaire du magazine Têtu), Matthieu Pigasse (homme d’affaires, propriétaire et président du magazine Les Inrockuptibles) et Xavier Niel (fondateur de Free). C’est finalement le trio de Bergé-Pigasse-Niel qui l’emporte.

Le 15 décembre 2010, Éric Fottorino est démis de la présidence du directoire du groupe Le Monde pour désaccords avec les actionnaires du titre. Il demeure néanmoins provisoirement le directeur de la publication du journal. Louis Dreyfus est nommé à sa place, puis Éric Izraelewicz est choisi en février 2011.

 

Bibliographie

 

Histoire du journal Le Monde : 1944-2004, Patrick éveno : résultat de plusieurs années de recherches dans les archives rédactionnelles et administratives, croisées avec de nombreux entretiens, cette Histoire du journal Le Monde nous fait revivre avec brio l’aventure d’un grand journal qui se transforme actuellement en groupe de presse. Généalogie, périodisation montrent que comme toute collectivité humaine, Le Monde a changé, tout en s’efforçant de rester fidèle à ses valeurs fondatrices. Retracer son histoire fait appel à toutes les facettes de la discipline historique : politique, sociale, économique et culturelle.

 

L’homme du Monde : La vie d’Hubert Beuve-Méry, Laurent Greilsamer, Ed. Librairie Académique Perrin : nourrie de nombreux entretiens et enrichie d’une préface inédite, cette biographie retrace les combats d’un homme qui fut vilipendé par l’extrême gauche pour son pétainisme supposé, puis par l’extrême droite pour son cryptocommuniste présumé, mais qui aujourd’hui encore reste une référence du journalisme.

 

Citation

 

« (Ce monde) compte trop de héros au service de toutes les causes, il lui manque des saints, quelle que soit leur religion. » Hubert Beuve-Méry.

 

En bref

 

Pays : France

Périodicité : quotidien

Format : berlinois

Genre : généraliste

Diffusion : 319 026 ex. (2010)

Propriétaire : La Vie-Le Monde

Site Web : www.lemonde.fr

Audience du site : 1,5 million de visiteurs

Directeur de publication : Éric Izraelewicz

Directeur de la rédaction : Sylvie Kauffmann

Adresse : 80 bd Auguste Blanqui, 75707 Paris Cedex 13

Noter
0