Connexion

FUKUSHIMA, UN AN APRÈS

Les précédents accidents nucléaires

La catastrophe nucléaire de Fukushima du 11 mars 2011 n'avait rien d'une première, y compris au Japon. Retour sur dix graves accidents survenus au cours des cinquante dernières années.

Près de 800 000 liquidateurs furent envoyés à Tchernobyl, pour beaucoup au sacrifice de leur vie (stahlmandesing/cc).

> 1957 : Maïak

Le 29 septembre 1957, dans le complexe nucléaire militaire Maïak, près de Kychtym, dans l'Oural (ex URSS), destiné à la fabrication de missiles au plutonium, une cuve de déchets radioactifs explose. Un nuage radioactif contamine une zone de 300 km2 rapidement coupée du monde et interdite d’accès. Tenu secret par Moscou, cet événement était mal connu avant les révélations du dissident Jaurès Medvedev en 1980. 10 000 personnes durent être évacuées et au moins 200 décédèrent de cancers à cause des radiatons. Aujourd'hui encore, la zone reste l'une des plus contaminées de la planète.

> 1979 : Three Miles Island et Erwin

Le 28 mars 1979, un réacteur nucléaire de la centrale de Three Miles Islands, en Pensylvanie, aux Etats–Unis, entre en fusion, suite à un dysfonctionnement du système de refroidissement et à  plusieurs erreurs humaines. Une importante fuite de combustible radioactif se dégage, qui reste heureusement confinée à l'intérieur de l'enceinte. La dernière couche de béton de protection parvient à éviter le drame. Si l'accident ne fait aucun mort ou blessé parmi le personnel ou la population, il a tout de même été classé au niveau 5 sur une échelle de gravité de 7.

Toujours aux Etats-Unis, en août de la même année, une fuite sur le site nucléaire secret près d'Erwin (Tennessee) contamine un millier de personnes.

> 1981 : Tsuruga

En mars 1981, quatre fuites radioactives se produisent à la centrale nucléaire de Tsuruga, dans la province de Fukui, à 200 km de Tokyo. Près de 300 personnes sont touchées. La centrale connaîtra d'autres déboires par la suite. En 1995, le réacteur de Monju est victime d'un incendie qui oblige sa mise à l'arrêt. Relancé en 2010, il enregistre de nouvelles avanies, dont une fuite radioactive en mai 2011.

> 1986 : Tchernobyl

C’est avec celle de Fukushima la seule catastrophe à avoir été classée au septième et dernier niveau de gravité sur l’échelle internationale des évènements nucléaires. Des défaillances dans l’entretien de la centrale de Tchernobyl, en Ukraine, le 26 avril 1986, entraînent une fusion nucléaire. Plus de 200 000 personnes sont évacuées, un nuage radioactif survole l’Europe et provoque une épidémie de cancers de la thyroïde. Entre 4000 et 32 000 morts pourraient être attribuées aux radiations d’ici à 2065.

> 1993: Tomsk-7

En avril 1993, une explosion dans une usine de retraitement de combustible irradié à Tomsk-7, ville secrète de Sibérie occidentale, provoque la formation d’un nuage et la projection de matières radioactives. Le nombre des victimes n’est pas connu.

> 1997 et 1999 : Tokaimura

Le 11 mars 1997, l’usine expérimentale de retraitement de Tokaimura (nord-est de Tokyo) est mise à l'arrêt à la suite d’un incendie et d’une explosion qui entraînent l’irradiation de 37 personnes.

Le 30 septembre 1999, un nouvel accident survient à Tokaimura, dû par une erreur de manipulation. Il provoque la mort de deux techniciens. Plus de 600 personnes, employés et riverains, sont exposées à des radiations et quelque 320 000 personnes évacuées. Cet accident a été classé au niveau 4.

> 2004 : Mihama

Le 9 août 2004, de la vapeur non-radioactive s'échappe d'une canalisation dans la centrale de Mihama, provoquant la mort par brûlure de 5 employés.

> 2008 : Tricastin

En juillet 2008, pendant une opération de maintenance réalisée sur un des réacteurs du site nucléaire du Tricastin, dans la vallée du Rhône, des substances radioactives s’échappent, contaminant très légèrement une centaine de salariés.

Pour autant, le risque de sinistres de grande ampleur ne concerne pas que les centrales nucléaires. Les barrages ont également été la cause de plusieurs catastrophes majeures. Ainsi la rupture du barrage français de Malpasset, en décembre 1959, dont les eaux déferlantes causèrent la mort de 423 personnes dans la vallée du Reyran et à Fréjus. Ou encore celle du barrage de Banqiao, en Chine, en 1975. Bilan des inondations : plus de 26 000 morts et 6 millions de bâtiments engloutis, 11 millions de déplacés. La catastrophe causa en outre une vaste famine qui tua 145 000 autres personnes.

Noter
0