Connexion

AFGHANISTAN

L'OTAN adopte la stratégie irakienne en Afghanistan

Alors que les troupes internationales s'apprêtent à partir d'Afghanistan, l'OTAN cherche une porte de sortie. David Petraeus, chef de la CIA voudrait calquer le modèle du Conseil de l'Eveil irakien sur la situation afghane. Une solution qui ne fait pas l'unanimité.

L'Otan veut adapter la même stratégie militaire que les américains en Irak. Photo: Olivier Matthys

Un destin surprenant

Abdul Jabar Farhad n’était qu’un ancien commandant moudjahid, vivant dans ses souvenirs de gloires passées dans la campagne afghane. Il est désormais à la tête d’un projet controversé, qui pourrait devenir la stratégie de sortie de l’OTAN dans le pays.

Son groupe de 150 hommes fait partie du programme national de la police locale, financé par les États-Unis, qui fournit les armes et paie les forces du village pour défendre les zones rurales attaquées par les taliban.

Un schéma qui fait inévitablement penser au Conseil d’Eveil irakien, sponsorisé par les Etats-Unis, où des groupes tribaux se mobilisaient contre Al-Qaïda. Ici, en revanche, peu de personnes sont convaincues que cela fonctionne.

Un soldat irakien, membre d'une milice censé protéger un quatier de Baghdad. Photo: Zoriah

De mauvais souvenirs

Entre les accusations de violences et la criminalité, le sentiment de nombreux Afghans est mitigé. Ils pensent que ces milices pourront agir librement et causer le même genre de chaos que les Soviétiques ont laissé en 1989.

Abdul Farhad était un insurgé à l’époque, combattant contre les Russes dans les montagnes et les champs près de Kaboul.

Il dirigeait une division de combattants lors de la guerre civile, et s’était ensuite opposé au régime taliban. Après avoir lutté contre l’occupation américaine, qui avait saisi son district natal de Nijrab, dans la province de Kapisa, une entreprise de construction l’a contacté pour protéger une route contre les attaques de la guérilla. Il avait accepté et continue aujourd’hui d’avoir l’appui des résidents.

La guerre contre les soviétiques est encore très présente dans les mémoires afghanes. Photo: WorldofArun CC

Une "police locale" efficace

"Les gens nous ont encouragé à tenir tête aux taliban ", dit-il. "C’est pourquoi nous nous sommes soulevés, Dieu nous a aidé, cela a marché et nous les avons expulsé d’ici".

L’année dernière, Abdul Farhad et ses hommes ont rejoint la police locale. Selon lui, ils ont reçu quinze jours de formation dans une base française de l’OTAN, et sont payés environ 200 dollars par mois.

David Petraeus, desormais chef de la CIA veut calquer le modèle du Conseil de l'Eveil sur la situation afghane. Photo: cvrcak1

"Les taliban se battent très farouchement ", explique-t-il. "Ils sont très puissants par rapport au gouvernement".

Comme le Conseil de l’éveil irakien, la création d’une milice afghane était l’idée de David Petraeus, anciennement à la tête des troupes de l’OTAN, et désormais directeur de la CIA.

Lancé en 2010, il faisait partie intégrante d’une stratégie qui mettait en avant la contre-insurrection, en utilisant des troupes locales, afin de fédérer les espritsDavid Petraeus a décrit cette nouvelle "police" comme un "ajout important sur la campagne militaire en général" qui s’explique comme "une communauté de défense, armée de AK 47".

L’objectif : une milice gigantesque

Le but final serait d’avoir trente mille membres actifs, qui finiront par être désarmés ou absorbés dans les forces de sécurité classiques (si les conditions le permettent). Mais on distingue des signaux clairs qui indiquent que le programme a commencé à prendre forme, même s'il existe une véritable méfiance face aux milices qui existaient au préalable.

Abdul Farhad à lui-même parlé avec un commandant de police de Nijrab, qui a également combattu des factions rivales dans le passé. Il prédit l’apparition d’une guerre civile afghane dans un futur proche. Il a expliqué qu’il n’était armé que de simples kalachnikovs, même si un politicien de Kapisa a affirmé leur avoir fourni des mitrailleuses lourdes et des lance-grenades.

De nombreux moudjahidines afghans ont été formés dans les bases de l'OTAN, et recoivent même un salaire. Photo: Olivier Matthys CC

Des unités difficiles à contrôler

Noor Mohammed Kafeel Noori, un membre du Sénat Afgan, a expliqué avoir fourni de l’armement à Abdul Farhad. "Un choix entre le mauvais et le pire", a-t-il déclaré, en justifiant que cela était toujours mieux que les taliban.

Dans d’autres zones du pays, la police a été accusée d’abus de pouvoir, et de menaces envers les villageois. Les hommes d’une unité de la province septentrionale de Kundunz ont récemment été arrêtés pour l’enlèvement et le viol présumés d’une jeune fille. Ailleurs, les accusations de criminalité sont monnaie courante.

Des souvenirs que les Afghans aimeraient oublier

Tout cela rappelle aux Afghans des souvenirs qu’ils aimeraient oublier. Dans les années 1980, des milices pro régime avaient été mis en place pour réprimer l’insurrection des moudjahidines, mais nombre d’entre eux avait changé de camp, et participé ensuite à la chute du gouvernement de Kaboul.

De 1992 à 1996, le pays a ensuite été divisé en une série de fiefs concurrents et des dizaines de milliers de civils ont été tués. Jurant d’imposer la loi et l’ordre, le mouvement taliban a émergé comme une conséquence directe de ce chaos.

Un rapport de Human Right Watch, publié l’an dernier, explique que ce programme de "police locale" représentait "une stratégie à haut risque pour atteindre des objectifs à court terme ".

Le mouvement taliban avait émergé du chaos qui regnait dans le pays au début des années 90. Photo: Moslih CC

Un avenir incertain

Le président Hamid Karzai a d’ailleurs émis une forte inquiétude à ce sujet, mais s’est ravisé sous la pression de David Petraeus et des Etats-Unis. Beaucoup de gens là-bas pensent que c’est une erreur, qu’il regrettera un jour.

Shahnawaz Tanai était ministre de la Défense dans l’administration pro-soviétique communiste. Il craint une escalade dans le conflit si les troupes étrangères quittent le pays comme prévu, à la fin de l’année 2014.

"Avec un gouvernement impuissant, les milices vont unir leurs forces avec les seigneurs de guerre et les politiciens du nord, et combattre contre les taliban pour le contrôle du sud du pays", a-t-il prédit. "Vos dix années d’efforts n’auront servi à rien", conclut-il.

Global Post/ Adaptation Henri Lahera pour JOL Press

Noter
0