Connexion

Crise de la zone euro

Tensions au sein du couple franco-allemand

Le ton monte entre Paris et Berlin. Vendredi 15 juin, la chancelière allemande a condamné le plan de François Hollande pour sauver la zone euro en condamnant le « faux débat » entre croissance et rigueur budgétaire qui révèle encore des divergences au sein de la zone euro.

"On n’a pas le droit de se contenter de médiocrité, de solutions de facilité. On a le devoir d’agir de la meilleure façon possible" a déclaré Angela Merkel dans un discours devant le Bundestag. Le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault a répliqué en affirmant que "la situation de l’Europe est suffisamment critique" et a invité la chancelière à ne pas "se laisser aller à des formules simplistes".

Angela Merkel refuse que l’Allemagne soit montrée du doigt à la réunion du G20, lundi 18 juin, et insiste sur le fait que "les forces de l'Allemagne ne sont pas illimitées". La chancelière martèle "qu'une fois de plus, tous les yeux seront rivés sur l'Allemagne" lors de cette réunion. Selon elle, "l'Allemagne est forte, elle est le moteur de l'économie et le pôle de stabilité en Europe (…) mais tous les paquets (d'aide) résonneront dans le vide si on surestime les forces de l'Allemagne".

Noter
0