Connexion

Traque sur Internet contre Joseph Kony

Traque sur Internet contre Joseph Kony

Depuis une semaine, la Toile s'enflamme autour d'une campagne lancée par l'ONG Invisible Children afin de capturer le chef de guerre Joseph Kony. Un phénomène d'une ampleur inédite sur le Net, sujet à de multiples controverses.

Plus fort que Susan Boyle ! Joseph Kony, le chef de guerre ougandais, a battu les records de cyber-audience de la chanteuse écossaise. Encore inconnu du grand public voici une semaine, ce criminel est maintenant célèbre malgré lui en raison d'une vidéo, Kony 2012, retraçant ses atrocités commises en Ouganda et ailleurs en Afrique centrale. La vidéo a dépassé les 80 millions de vues au cours de la semaine dernière.

Kony 2012 est une campagne virale lancée sur Internet par l’association Invisible Children et demandant l’interpellation de Joseph Kony, chef de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA) recherché par la Cour pénale internationale pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

Mise en ligne le 5 mars sur YouTube, la vidéo est vite devenue un véritable phénomène. Elle a atteint le record en quelques jours de 80 millions de "vues". La presse mondiale s'en est fait l'écho, et le sujet est devenu l'un des plus grands buzz de l'histoire médiatique.

La LRA est connue pour sa barbarie, ses massacres de civils et ses viols. Elle est composée en grande partie d’enfants-soldats, capturés lors des attaques qu’elle a menées. Joseph Kony en est à la fois de chef militaire et de chef religieux, vénéré tel un prophète par ses hommes.

Depuis 2006, la LRA a été chassée militairement d'Ouganda, où elle tentait jusqu'alors de prendre le pouvoir. Mais ses troupes restent actives en Centrafrique, au Soudan du Sud et en République démocratique du Congo.

De nombreux observateurs se sont étonnés de cette campagne vidéo un peu tardive, alors que la LRA semble affaiblie et que Joseph Kony semble avoir disparu de la circulation. Le ton employé par la vidéo a fait naître aussi la polémique. Qualifiée de «naïve », voire « dangereuse », l’ONG Invisible Children présenterait les faits d’une manière simplifiée et déformée. On lui reproche aussi de promouvoir l’idée d’une intervention militaire tout en jouant sur l’émotion. Enfin, Invisible Children a été épinglée pour son manque de transparence financière.

L'association a répliqué à ces accusations dans une autre vidéo, soulignant que son but était avant tout d'aider à la capture du criminel Joseph Kony.