Connexion

DISCOURS SYMBOLIQUE

À Berlin, Obama tombe la veste et prône la paix

En voyage de deux jours à Berlin, le président américain a prononcé un discours symbolique devant la porte de Brandebourg, cinquante ans après John F. Kennedy. Détendu, Barack Obama souhaite « en faire plus pour lutter contre le réchauffement climatique ». Il a d'ailleurs commencé par retirer sa veste pour remercier les Berlinois de leur accueil « si chaleureux ».

Photo: capture d'écran / FranceTvInfo

Devant une foule de près de 6 000 personnes rassemblées devant la porte de Brandebourg à Berlin, le président américain s’est exprimé mercredi 19 juin, cinquante ans après le célèbre "Ich bin ein Berliner" de Kennedy.

Accueil chaleureux

Aux côtés de la chancelière allemande Angela Merkel, Barack Obama a souligné qu’ils ne "ressemblaient pas vraiment aux leaders allemand et américain" de l’époque, mais que le fait de se trouver dans la capitale allemande "le long de la ligne de fracture où la ville a été divisée" était "la preuve d’une vérité éternelle".

Après avoir remercié les Berlinois pour leur accueil si chaleureux, le président américain en a profité pour enlever sa veste, appelant la foule à faire la même chose. "Nous pouvons nous permettre d’être un peu plus informels entre amis" a-t-il lancé sous les applaudissements.

"Un monde de paix et de justice"

Barack Obama a ensuite prononcé son discours, plaidant pour la création d’un "monde de paix et de justice", en commençant pas réduire d’un tiers les armes nucléaires pour "garantir la sécurité de l’Amérique". Il en a profité pour annoncer la tenue d’un sommet sur la sécurité nucléaire en 2016.

Il a également réaffirmé sa volonté de fermer la prison de Guantanamo, défendu la protection de la vie privée – en réaction au scandale du programme Prism – et a déclaré qu’il souhaitait "avancer vers un pacte mondial pour lutter contre le réchauffement climatique"

Il a enfin insisté sur le rôle de l’Allemagne et des États-Unis qui doivent être "des leaders de l’espoir".

Noter
0