Connexion

Tribune

Jean-Marc Laurent

Jean-Marc Laurent

Journaliste-auteur, Coach professionnel

Après avoir passé trente ans dans la communication, et l'audiovisuel en particulier, Jean-Marc Laurent est devenu coach professionnel, diplômé reconnu par l'Etat. Après une formation au Centre International du Coach, il a soutenu un mémoire intulé...

Voir la bio en entier »

Mes
catégories

Incivilités de rue…

« L'incivilité est un comportement qui ne respecte pas une partie ou l'ensemble des règles de vie en communauté telles que le respect d’autrui, la politesse, la courtoisie » : la définition de l’encyclopédie Wikipédia est claire, nette et précise.

Noter
0

On en apprend tous les jours lorsqu’on déménage…Vous allez vous en rendre compte avec ses quelques lignes.

Comme des milliers de personnes, il vous est déjà arrivé de demander à la mairie de vous réserver un emplacement devant ou juste à côté de votre domicile, pour faciliter le stationnement du camion de déménagement.

Sachez, que la veille en général du jour "J", des barrières seront posées sur le trottoir ou la chaussée, pour prévenir les conducteurs des mouvements à venir. Des barrières avec des indications attachées dessus, signées par le service de la voierie, et parfois même le Maire.

Le respect d’autrui voudrait que les propriétaires de véhicules soient compréhensifs de la chose. Que nenni ! L’incivilité se donne en spectacle le fameux jour de votre déménagement (ou emménagement). Des centaines de personnes par jour, dans toute la France, refusent de voir les barrières de protections, la lettre officielle affichée sur l’une ou l’autre, et vont jusqu’à pousser le bouchon un peu loin en affirmant que ces "balustrades" n’étaient pas là "cinq minutes avant" !

Les mauvais citoyens retirent les barrières, les poussent plus loin, les renversent, et stationnent. Du coup, le camion qui viendra avec tous vos meubles devra soit se garer bien plus loin –ce qui n’arrange rien- ou se mettra en double-file occasionnant par ailleurs le mécontentement des conducteurs roulant sur la chaussée. Ce qui peut tout à fait se comprendre puisque la visibilité est minorée sur l’axe routier, et que des ralentissements vont se faire sentir ! Je vous fais grâce des noms d’oiseaux qui peuvent fuser à travers les fenêtres de voitures qui se croisent…

Alors que se passe-t-il ? D’un côté la mairie propose un service pour arranger le commanditaire du déménagement, de l’autre les conducteurs râlent de ne pouvoir se garer, et vos déménageurs vont être de mauvais poil pour effectuer leurs taches…

C’est ce qui m’est arrivé l’autre jour à Sceaux dans les Hauts-de-Seine. Comment mes déménageurs vont-ils pouvoir travailler en paix ? et décharger tous mes cartons et mobilier ?

Après avoir appelé la voierie à la Mairie, mon interlocuteur m’annonce qu’il envoie sur le champ  la police municipale pour verbaliser les véhicules gênants. Il me demande de patienter au téléphone. Quatre minutes plus tard, et les doigts froids à cause de la température ( ! ), le brave type m’annonce que finalement la police ne viendra pas. Impossible de verbaliser. Je m’étonne…Je questionne. Et j’apprends que finalement les indications écrites sur les feuilles de l’administration fixées sur les barrières, ne servent pas à grand-chose ! Même signé par Monsieur le Maire.

En fait, l’incivisme est reine dans ce domaine, et les propriétaires de véhicules qui pensent tous être des Dark Vador en puissance, deviennent à tour de rôle une sorte de cyborg menaçant dans leur véhicule à quatre roues !

Vous ne pourrez rien si on vous pique la place, et si vous subissez les attaques verbales d’autrui. Il faut savoir que ces notifications sur les barrières ne sont pas des "arrêtés municipaux". Du coup, la voie est libre !

A Paris : cette autorisation  constitue la validation par le commissariat des modalités d’un déménagement, notamment de l’emplacement souhaité pour l’immobilisation des véhicules utilisés.  Elle ne constitue pas une réservation de stationnement et n’en exclut pas son paiement, indique le site en ligne de la mairie. Il faut en général, quinze jours de délais pour déposer une demande.

A Sceaux, tout comme dans des centaines de villes de France, les demandes doivent être effectuées par le déménageur s’il accepte de s’en charger, ou par la personne concernée par le déménagement. Une dizaine de jours est préférable pour la mise en place de ces autorisations temporaires.

A Pau, dans les Pyrénées-Atlantiques, cette demande doit parvenir au moins 10 jours ouvrables avant le début de l'occupation sollicitée. A compter du 1er janvier 2014 (Délibération du Conseil Municipal) ce type d'occupation est soumis à une Redevance en € , forfait Déménagement Droit fixe pour l'établissement et la délivrance du permis de stationner 20,00 € Pour toute annulation de demande d'autorisation signalée dans un délai inférieur à 72h00 avant le début de l'occupation, la redevance sera due. D’autres lieux en France opèrent de la même manière.

Mais payer la redevance du stationnement exceptionnel évite-t-elle quand même les aléas cités plus haut ? Bon déménagement à tous !

Noter
0