Connexion

PROPOSITION DE LOI

Réaction à la pétition lancée par le chanteur Antoine sur la prostitution

Maud Olivier, députée PS de l'Essonne et rapporteure de la proposition de loi contre le système prostitutionnel, réagit à la pétition lancée par le chanteur Antoine et signée par de nombreuses célébrités sur la prostitution.

Noter
0

Photo: Nils Hamerlinck / flickr-cc

À Paris le 18 novembre 2013

Je m’étonne que les signataires de cette pétition initiée par Antoine n’aient manifestement pas lu la proposition de loi renforçant la lutte contre le système prostitutionnel. Au contraire de l’affirmation de la phrase, "nous refusons la pénalisation des gens qui se prostituent", les personnes prostituées se verront dépénalisées puisqu’il est prévu l’abrogation du délit de racolage!

Je n’ose croire qu’il s’agit d’une manipulation de la part de son auteur.

Bien sûr il est beaucoup moins sexy et glamour de parler de violences, de victimes de la traite et de l’exploitation sexuelle d’êtres humains, femmes et enfants, que de se revendiquer adeptes de liberté sexuelle même si en l’occurrence on ne parle que de la liberté des hommes (99% des clients de la prostitution sont des hommes).

Assez d'hypocrisie

Comment trouver glamour les 10 ou 15 pénétrations par jour d’hommes qu’on ne connaît pas, subies par les personnes prostituées, contraintes par des raisons évidemment économiques, avec des conséquences dramatiques sur leur santé ?

Entre les fantasmes de certains et la réalité que vivent 90% des personnes prostituées victimes du proxénétisme et de la traite, il y a le monde de la violence et l’argent de la traite gérés par les réseaux internationaux du crime organisé. Et comment faire semblant d’ignorer que c’est l’argent des clients qui alimente les proxénètes?

Alors assez d’hypocrisie, soyez sérieux et responsables : la proposition de loi prévoit la création d’un fonds pour l’accompagnement de sortie de prostitution pour celles et ceux qui le souhaitent (dispositif largement développé dans la proposition de loi).

La ministre des Droits des femmes, Madame Najat Vallaud Belkacem, a annoncé que l’Etat abonderait ce fonds de 10 à 20 millions d’euros par an.

Je suggère que chacun des signataires de la pétition, qui se disent : "d'accord pour que le gouvernement lutte contre tout ce qui est prostitution contrainte" verse leur contribution pour abonder ce fonds apportant ainsi un véritable soutien aux victimes de la prostitution, bien au-delà des mots et de la compassion.

>> Plus d'informations sur le site de Maud Olivier

Noter
0