Connexion

PÉRIL ÉCOLOGIQUE

Carte interactive: les points noirs de la déforestation dans le monde

Un nouveau bilan au Brésil fait état d’une hausse de 28% du taux de déforestation de la forêt amazonienne par rapport à l’an dernier. Une hausse inquiétante pour le gouvernement brésilien, qui vient de fixer une réunion d’urgence pour demander des explications aux secrétaires à l’Environnement des États amazoniens. Mais qu’en est-il sur le reste du globe ? Aux États-Unis, des chercheurs viennent de mettre au point une carte interactive permettant de visualiser les zones « noires » ou « vertes » de la planète.

Jungle amazonienne, lac Sachavacayoc Oxbow, Pérou © Emmanuel Dyan / flickr-cc

La ministre brésilienne de l’Environnement, Izabella Teixeira, a annoncé jeudi 14 novembre lors d’une conférence de presse que la déforestation de l’Amazonie brésilienne avait atteint, entre juin 2012 et juillet 2013, 5 843 km², soit une hausse de 28% par rapport à l’an passé. La période 2011-2012 avait enregistré le plus bas taux de déforestation de son histoire, passant sous la barre des 5 000 km².

Etat de la déforestation amazonienne au Brésil depuis 25 ans. Graphique: http://news.mongabay.com/

Malgré la baisse considérable de la déforestation depuis dix ans – le nombre de kilomètres carrés déboisés a atteint des sommets en 2004 avant de baisser de près de 80 % –, cette nouvelle hausse inquiète la ministre de l’Environnement, qui a fixé une réunion d’urgence ce vendredi, avec les secrétaires à l’Environnement des neuf États brésiliens amazoniens afin de leur demander des explications sur ces chiffres.

Les États du Mato Grosso (centre-ouest) et du Pará (nord) ont enregistré les plus importantes hausses du taux de déforestation – respectivement de 52% et de 37% par rapport à l’année précédente. « Le gouvernement brésilien ne tolère et n'accepte aucune hausse de la déforestation illégale », a rappelé Izabella Texeira, indiquant que le gouvernement brésilien était prêt à continuer la lutte contre la déforestation et à prendre les mesures nécessaires.

La Terre a perdu l’équivalent de la Mongolie en forêts

L’annonce de cette hausse, dans un pays tiraillé entre les défenseurs de l’agrobusiness et les grandes industries d’un côté, et les écologistes et les Indiens défenseurs de leur territoire de l’autre, intervient au moment où une équipe de chercheurs américains vient de mettre au point une carte interactive sur l’état de la déforestation dans le monde.

Conçue à l’aide du programme Google Earth, et de 650 000 images prises par le satellite Landsat 7, la carte permet à l’internaute de suivre l’évolution de la déforestation sur tous les continents, entre 2000 et 2012. Les images prennent en compte toute végétation supérieure à 5 mètres de hauteur. « Pendant cette période, la Terre a perdu l’équivalent d’une forêt de la taille de la Mongolie, soit suffisamment d’arbres pour couvrir six fois le Royaume-Uni », indique la BBC.

« C'est la première carte de l’évolution des forêts qui est globalement cohérente et localement pertinente », a déclaré le professeur Matthew Hansen de l’Université du Maryland, qui a dirigé l’équipe à l’origine de l'élaboration de la carte.

Légende de la carte : les zones de perte sont en rouge, les zones de gain sont en bleu et les zones où les pertes et les gains de forêt se compensent sont en rose.

1,5 million de km² de forêt en moins

Les progrès réalisés depuis dix ans au Brésil dans la réduction de la déforestation ont été plus que compensés par les pertes observées en Indonésie, en Malaisie, au Paraguay et en Angola, rapporte la revue Science.

En douze ans, la Terre a perdu 2 300 000 km² de forêt en raison de l'exploitation forestière, des incendies, de maladies végétales ou de tempêtes. La planète a également gagné 800 000 km² de nouvelles forêts, réalisant une perte nette de 1,5 million de km² au total.

Si le Brésil a montré la meilleure amélioration entre 2000 et 2012, réduisant la perte annuelle d’arbres de moitié entre 2003-2004 et 2010-2011, l’Indonésie a connu la plus forte augmentation de déforestation. Le pays a plus que doublé sa perte annuelle, atteignant près de 20 000 km² en 2011-2012. Le Paraguay, la Malaisie et le Cambodge ont enregistré les taux nationaux de perte de forêts les plus élevés. Dans l'ensemble, la perte des forêts tropicales atteint environ 2 100 km² par an, selon les chercheurs.

Évaluer la gestion des forêts

La carte sera mise à jour annuellement et pourrait être utilisée pour évaluer l’efficacité des programmes de gestion des forêts. Elle pourrait également aider les groupes environnementaux à surveiller les impacts de la déforestation – y compris les menaces sur la biodiversité, sur le stockage du carbone et sur le changement climatique.

« Les forêts jouent un rôle indispensable dans la stabilisation du climat de la planète, en séquestrant de grandes quantités de carbone qui contribueraient autrement au réchauffement climatique », rappelle l’ONG de défense de l’environnement Greenpeace dans un dossier sur « Le massacre de l’Amazonie ».

« On estime que la forêt amazonienne renferme 80 à 120 milliards de tonnes de carbone. Si elle était détruite, un volume représentant environ 50 fois les émissions annuelles de gaz à effets de serre (GES) des États-Unis risquerait d’être émis ».

En France, l’Aquitaine est la région la plus touchée

En France, la forêt couvre près de 30% du territoire et continue de croître. Depuis une quinzaine d’années, certaines régions ont cependant souffert des tempêtes successives.

C’est le cas de la région Aquitaine, qui est de loin la plus touchée par les phénomènes de déboisement et reboisement, comme on peut le voir sur la carte interactive en zoomant sur la France.

En 2009, la forêt landaise avait en effet été durement touchée par la tempête Klaus, considérée comme la plus destructrice dans l’Hexagone depuis la tempête de 1999. L’Aquitaine est également l’une des régions les plus exposées aux risques de feux de forêts.

Noter
0