Connexion

EFFETS SOUS-ESTIMÉS

Dépression, isolement: quel est l'impact psychologique du chômage?

Traumatisme dans la vie d'un individu, le chômage a un impact sur la santé physique et mentale des chercheurs d'emplois. Isolement, perte de confiance en soi... c'est une « spirale de la dépression » qui se met en marche selon la psychologue et accompagnatrice Madeleine Cord, qui vient en aide aux chômeurs au sein de l'association Solidarités Nouvelles face au Chômage (SNC).

Photo DR Shutterstock

JOL Press : Quelles sont les conséquences du chômage sur la santé mentale des chercheurs d’emplois ?
 

Madeleine Cord : Chaque individu, depuis le début de sa vie, est confronté à des situations difficiles, des chocs, lors du parcours de sa construction personnelle,  mais le "vase" qui est le sien continue à tenir. Lorsque le chômage arrive, c’est un choc de plus, et toutes ces petites failles invisibles qui se sont accumulées finissent par craquer et font exploser le vase, métaphore de l'individu. Surviennent alors des problématiques qui peuvent être extrêmement graves, allant jusqu'aux tentatives de suicide, des éléments délirants:  la personnalité peut exploser.

JOL Press : L'isolement est-il l'une des pires difficultés à laquelle est confronté le chercheur d'emploi ?
 

Madeleine Cord : Evidemment, les éléments dépressifs se manifestent de façon courante. Les personnes au chômage s’isolent : le réseau social qu’ils avaient auparavant disparaît. Ils sont donc extrêmement seuls, s’enferment et perdent confiance en eux. La spirale de la dépression se met en route. En tant que psychologue-accompagnatrice depuis plus de 20 ans,  je rencontre souvent des personnes qui ne parlent qu’aux membres de l’association pendant un mois : nous sommes leur seul contact.

Autre impact psychologique du chômage: l’agressivité, qui peut également émerger chez certaines personnes sans emploi : il arrive que des chômeurs projettent toutes les menaces intérieures qu’ils ressentent, des sentiments d’agressivité et d’insécurité par rapport à eux-mêmes qu’ils extériorisent contre la société, Pôle emploi ou contre les accompagnateurs des associations.

JOL Press : Au sein de l’association Solidarités Nouvelles face au Chômage (SNC), comment essayez-vous de leur apporter un soutien psychologique ?
 

Madeleine Cord : En observant les difficultés et cette souffrance chez les chercheurs d’emplois, il est apparu comme une nécessité pour l’association Solidarités Nouvelles face au Chômage (SNC) de faire appel à des psychologues professionnels qui à la fois soutiennent et interviennent auprès des binômes – les personnes qui accompagnent les chercheurs d’emplois – lorsque l’accompagnement est difficile pour eux.

En fonction des difficultés, ils redirigent les chercheurs d’emplois vers des centres de consultations, des psychologues,  sans délai d’attente et avec des tarifs solidaires qui prennent en compte leurs difficultés financières. Sur Paris et la région parisienne, nous avons développé un réseau de thérapeutes extérieurs travaillant avec les outils de la parole, du transfert et de l’inconscient pour aider les personnes qui rencontrent de grandes difficultés psychiques et les aider ainsi à se remettre sur le chemin de l’emploi malgré la crise.  

JOL Press : Pensez-vous que dans notre société l’individu en est aujourd'hui réduit à son statut socio-professionnel ?
 

Madeleine Cord : C’est tout à fait vrai : lorsqu’on rencontre une nouvelle personne, la première question qu’on lui pose n’est pas "qu’est-ce que vous aimez dans la vie", mais "qu’est-ce que vous faite". Arriver à "dire je ne travaille pas", c'est avoir une grande assurance de soi-même, et tout le monde n’est pas en mesure de le faire…

Propos recueillis par Louise Michel D. pour JOL Press

---------------------------

Madeleine Cord est psychologue-accompagnatrice au sein de l'association Solidarités Nouvelles face au Chômage (SNC)

Noter
0