Connexion

TABAGISME

Attention, la cigarette s’attaque aussi aux neurones!

Selon une étude réalisée par des chercheurs du King’s College de Londres, en plus de provoquer des cancers des poumons et de favoriser l’apparition de maladies cardiovasculaires, fumer endommagerait également la capacité de mémoire, les facultés d’apprentissage et le raisonnement.

Photo : guitargirl8022/flickr cc.

De nombreuses études ont déjà prouvé les dangers de la cigarette sur la santé : cancer, les maladies pulmonaires, maladies cardiaques, risque pour les enfants pendant la grossesse… À tous ces maux s’ajouterait le ralentissement de la pensée et le déclin mental.

Comment s’est déroulée l’expérience ?

Selon une étude réalisée par des chercheurs du King’s College de Londres et publiée dans la revue britannique Age and Ageing, le tabac pourrait conduire à un déclin accéléré de la fonction cérébrale. Plus de 8800 personnes âgées de plus de 50 ans ont été soumis à des exercices visant à tester leur mémoire, leur fluidité verbale ou leur attention. Les participants devaient par exemple se souvenir de dix mots précis, donner le plus grand nombre de noms d'animaux en un temps défini, et effectuer en fin de test une tâche qui avait été demandée au début.

Si l'hypertension artérielle et le surpoids peuvent conduire à une dégénérescence du cerveau, après examen des résultats, les scientifiques ont constaté que le tabac avait une incidence sur les fonctions cognitives du cerveau et sur la mémoire. Certains fumeurs, par exemple, ne se rappelaient pas des noms communs, d’autres avaient des difficultés à organiser les tâches quotidiennes. Ces mêmes patients ont subis un second test, quatre ans plus tard, et les résultats ont été confirmés.

Un déclin cognitif

Cette étude est inédite, car c’est la première qui examine l’effet combiné de plusieurs facteurs qui conduiraient au déclin cognitif chez les personnes âgées. Les chercheurs ont en effet analysé des données sur le tabagisme, l'hypertension artérielle, taux de cholestérol, l'indice de masse corporelle (IMC), ainsi que les risques de maladies cardio-vasculaires.

« Nous avons étudié plusieurs éléments, comme l’hypertension artérielle, le surpoids et d’autres facteurs de risque cardiovasculaire, mais c’est de loin la cigarette qui a montré les effets les plus clairs et les plus rapides sur la baisse des fonctions cognitives », a expliqué le Dr Alex Dregan, épidémiologiste au King’s College à Londres et co-auteur de l’étude.

Et d’ajouter : « Nous avons tenu compte de l’impact de la cigarette sur le système cardiovasculaire, et il reste toujours un effet direct du tabac, ce qui montre qu’il doit avoir une toxicité directe sur les neurones ».

Comment éviter la démence à partir de 65 ans ?

Si le tabac conduit à un déclin cognitif, il n’est pas l’unique facteur du ralentissement mental chez les personnes âgées. « Une personne sur trois de plus de 65 ans va développer une démence, mais il y a des choses que les gens peuvent faire pour réduire leur risque », a expliqué Jessica Smith, de la Société Alzheimer, au Telegraph. « Avoir une alimentation équilibrée, maintenir un poids sain, une activité physique régulière, vérifier sa pression artérielle et son cholestérol et ne pas fumer peut faire toute la différence. »

« Notre recherche suggère que l'approche la plus prometteuse pour retarder ou prévenir le vieillissement précoce du cerveau est celle qui reconnaît la causalité multiple de déclin cognitif. Ainsi, les efforts actuels visant à réduire le risque cardiovasculaire peut s'avérer bénéfique pour le déclin cognitif », a souligné dans un communiqué le Dr Alex Dregan.

Noter
5