Connexion

LU SUR THE GUARDIAN - COMMENT IS FREE

Le Ghanéen Turkson ne sera pas pape: les 3 raisons d'Andrew Brown

Les différents « papabili » qui entreront en conclave dans les jours qui viennent attirent les regards de nombreux curieux et observateurs du Vatican. Au Royaume-Uni, Andrew Brown, contributeur pour le Guardian, est sûr d’une chose, le cardinal ghanéen Peter Tuckson, dont le nom revient régulièrement, ne sera sans doute pas choisi pour succéder à Benoît XVI.

Photo : EPP Group in the European Parliament (Official)/Flickr / cc

Les cardinaux africains sont trois à figurer parmi la liste non-officielle des "papabili" potentiels. Parmi eux, le cardinal Turkson pourrait, selon certains observateurs, avoir ses chances pour devenir le premier pape africain depuis le cinquième siècle.

Un favori précoce

Mais pas pour Andrew Brown, contributeur pour le quotidien britannique The Ghardian. Selon lui, si le nom du cardinal Turkson a été prononcé à plusieurs reprises, depuis l’annonce de la démission de Benoît XVI, le Ghanéen doit pourtant désormais être rayé des listes, et ce pour trois raisons.

La première, selon Andrew Brown, est que Peter Turkson "était le précoce favori des bookmakers" et a sans doute trop fait parler de lui, à ses dépens.

Des affiches, portant le nom du cardinal ghanéen, ont été placardées par une association d’artistes italiens dans le centre de Rome.

Une Eglise encore très italienne

"La seconde est qu'il a réussi à offenser les deux factions de l'église américaine : la droite le soupçonne de sympathie avec les victimes du capitalisme et la gauche a été scandalisée par sa remarque selon laquelle l'Eglise africaine a été épargnée des scandales d'abus sexuels en partie à cause de tous les tabous culturels très forts contre l'homosexualité," poursuit Andrew Brown, en référence à la récente déclaration du cardinal ghanéen, sur CNN, selon laquelle l’Afrique est relativement protégée de la pédophilie en raison de sa culture réticente à l’homosexualité, avant d’estimer que l’Eglise est encore très européenne, voire très italienne, pour confier cette fois encore le Saint-Siège à un Africain.

L’Eglise du cardinal Turkson n’est pas l’Eglise d’aujourd’hui

"Je ne pense pas qu'il y ait de l'enthousiasme en Italie pour un pape noir africain. Près d'un tiers des électeurs (39 sur 118) sont employés de la Curie – y compris le cardinal Turkson - et la plupart sont des Italiens avec une attitude italienne."

"Le problème n'est pas qu'il soit un mauvais homme ou même un mauvais archevêque - mais l'Eglise dans laquelle il a grandi a tout simplement disparu" juge encore Andrew Brown

> Lire l'article d'Andrew Brown

Noter
0