Connexion

TECHNOLOGIE DIGITALE

L’Amérique latine parie sur le haut débit

Google construit un nouveau centre de données au Chili, les opérateurs de téléphonie mobile déploient des réseaux 4G dans toute la région, et les gouvernements latino-américains entreprennent des grandes réformes des réseaux de télécommunications : en Amérique du Sud, l’année 2013 sera sous le signe du tout numérique.

Chaque année au Brésil, la « Campus Party » rassemble des passionnés d'informatique et de jeu vidéo. Elle est considérée comme le plus grand événement technologique au monde. C'est l'un des seuls points de rencontre des tribus digitales, des grandes entreprises et de l'administration publique. © Marcelo Tresel / flickr-cc / 2010

L'année 2013 pourrait être une année de changement pour le web et les télécommunications en Amérique du Sud. Et cela grâce aux progrès du haut débit dans plusieurs pays, et du nouveau centre de données Google au Chili.

L’Amérique latine s’est déjà engagée dans la voie du progrès digital

L’année dernière, les Latino-Américains ont fait une entrée fracassante sur Internet. Une meilleure connexion signifiait qu'ils pouvaient accroître leur présence en ligne.

L’engouement sans précédent pour les sites politiques lors des élections mexicaines en juillet dernier est un bon exemple. Les manifestants ont défilé sous la bannière d'un hashtag Twitter, et certains Mexicains ont même voté en ligne pour la première fois.

Maintenant, la région fera encore plus de bruit numérique.

Haut débit : objectif 4G

Au cours des deux dernières années, les gouvernements de l'Argentine, du Brésil, de la Colombie et du Pérou ont annoncé des révisions des réseaux de télécommunications nationales, qui devraient prendre forme cette année, selon un article publié par le groupe de conseil Signals Telecom News.

Le service du haut débit a été amélioré depuis plusieurs années à travers l'Amérique latine. Mais cette année, selon Signals Telecom, les réseaux sans fil 4G/LTE commencent à arriver. Le Brésil, avec la plus grande population et économie de la région, sera un chef de file à cet égard, après les investissements de près de 1,5 milliards de dollars du gouvernement pour les transporteurs privés.

Les lignes à grande vitesse devraient être opérationnelles à temps pour que le Brésil accueille la Coupe des Confédérations cette année, la Coupe du Monde de football l'année prochaine, et les Jeux olympiques d'été en 2016.

D'autres pays sud-américains sont attendus dans le développement des réseaux LTE.

Le Brésil s'apprête à accueillir la Coupe des Confédérations, la Coupe du monde de football et les Jeux Olympiques pour les trois années à venir © Secom Bahia / flickr-cc

Google a ouvert un nouveau centre de données au Chili

Comme l’avait signalé Simeon Tegel, correspondant de GlobalPost-JOL Press en septembre dernier, Google a fait une annonce fracassante lorsqu’il déclarait qu'il envisageait d’investir 150 millions de dollars pour ouvrir un centre de données au Chili.

L’ouverture de ce nouveau centre est attendue d'ici la fin de l'année 2013.

La fracture numérique en ligne de mire

Un autre projet de connectivité majeur pourrait également voir le jour cette année : un réseau de fibre optique à haut débit, reliant l'ensemble de l'Amérique du Sud. Le ministre brésilien de la Communication a annoncé le plan en 2011 comme un moyen de faire baisser le coût de l'accès au téléphone portable et à Internet.

Haut débit : le mot est à la mode dans la région depuis un certain temps. Mais cette année pourrait être décisive pour la connectivité, et combler les fractures numériques entre les pays, entre riches et pauvres, urbains et ruraux. Ces progrès technologiques surviennent alors que la région est témoin de la montée de la classe moyenne, qui a augmenté de 50 % de 2003 à 2009.

Malgré ces progrès, Simeon Tegel souligne que la région peine encore à relier sa population sur Internet, alors que les politiciens semblent s’en servir de plus en plus.

Le haut débit, « un bien public mondial »

Alicia Bárcena Ibarra, secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations unies pour l'Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), lors du Forum économique mondial sur l'Amérique latine, en 2012 © World Economic Forum / flickr-cc

Des plus en plus de dirigeants semblent d’accord avec la vision exprimée par la Commission économique des Nations unies pour l'Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) : les connexions haut débit sont un bien public.

« Le haut débit devrait être considéré comme un bien public mondial, pas gratuit, mais facile d'accès » a déclaré en novembre la secrétaire exécutive de la CEPALC, Alicia Bárcena Ibarra. « C'est un élément essentiel pour la productivité, la compétitivité et l’inclusion sociale ».

GlobalPost / Adaptation : Anaïs Lefébure pour JOL Press

Noter
0