Connexion

DISCOURS

Hollande vante l'immigration et dénonce la peur ambiante

François Hollande a livré son premier discours sur l'immigration, lundi 15 décembre. Le Président n'a pas tari d'éloges quant aux biens-faits de cette dernière.

François Hollande prononce son premier discours sur l'immigration (Crédit : France 3)

Lors de l'inauguration du Musée national de l'histoire de l'immigration à Paris, le président François Hollande a livré son premier discours sur l'immigration. Ce musée n'avait pas encore eu d'inauguration depuis son ouverture officielle en 2007. L'idée de ce discours était avant tout "un symbole" pour souligner l'aspect positif de l'immigration, selon l'Elysée.

Hollande a profité de ce discours pour dénoncer la peur ambiante qui règne et n'a pas lésiner sur les éloges...

"Le pays ne serait pas ce qu'il est, sans l'accumulation de talents"

"Fier" d'inaugurer ce musée, François Hollande a déclaré qu'un million d'euros serait affecté au musée en 2015. Pour lui, "parler d'immigration, c'est convoquer l'histoire de France". Un Français sur quatre a aujourd'hui des origines étrangères.

Lutter contre le racisme et l'antisémitisme

"Il ne faut rien n'ignorer des tensions [sur l'immigration] et notamment être ferme sur l'immigration clandestine, et agir pour intégrer l'immigration régulière", a ajouter le président. Il invite désormais les Français à faire de "la lutte contre le racisme et l’antisémitisme [...] une grande cause nationale ".

A RETROUVER AUSSI >> Vidéo : Zemmour et Mélenchon s'affrontent sur l'immigration

L'école : clé de l'intégration

"La réussite de l'intégration déterminera la réussite de notre destin". Pour le président, l'intégration passe par l'école, mais aussi par les entreprises et la démarche individuelle.

"La France doit avoir confiance en la France", dit-il. "Il faut que la France soit représentée par toutes les couleurs, toutes les forces vives du pays", a-t-il ajouté avant de louer une dernière fois le musée. "Votre musée a l’immense mérite de donner à des générations d’immigrés la place qui doit leur revenir dans notre histoire", a-t-il conclu.

Noter
0