Connexion

AIDE HUMANITAIRE

Le Pape envoie un émissaire au Liban

Un émissaire du pape Benoît XVI est arrivé au Liban et devrait y rester jusqu’à dimanche 11 novembre. Après avoir renoncé à envoyer une mission en Syrie, pour raisons de sécurité, Benoît XVI a annoncé la visite du cardinal guinéen Robert Sarah dans le pays limitrophe de la Syrie.

Photo : Capture d'écran vidéo

Après avoir abandonné son projet d’envoyer une mission spéciale en Syrie, le pape Benoît XVI a annoncé, mercredi 7 novembre, l’envoi d’un émissaire au Liban, voisin du pays en crise.

"Il n’est jamais trop tard pour travailler pour la paix"

"Nous devons faire le maximum, car un jour il pourrait être trop tard," a ainsi affirmé le pape lors de son audience hebdomadaire, place Saint Pierre de Rome. "Il n’est jamais trop tard pour travailler pour la paix," a-t-il déclaré.

Dans un appel à toutes les forces en présence en Syrie, le pape a appelé une nouvelle fois à l’arrêt des violences afin que "l’effroyable souffrance" de la population prenne fin.

L’Eglise donne 1 million de dollars aux associations qui œuvrent pour les réfugiés syriens

Le cardinal Robert Sarah, à la tête du ministère en charge des mouvements caritatifs est arrivé au Liban et devrait y rester jusqu’à dimanche 11 novembre.

A cette occasion, il devrait rencontrer des réfugiés syriens et organiser "une réunion de coordination des institutions caritatives catholiques, auxquelles le Saint-Siège a demandé un engagement particulier en faveur de la population syrienne, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays," a affirmé le pape.

Durant ces quelques jours au Liban, le cardinal guinéen Robert Sarah apportera une contribution de l’Eglise d’un million de dollars, en faveur de l’aide aux réfugiés par l’intermédiaire d’agences humanitaires catholiques en Syrie et dans les pays limitrophes.

La mission impossible d’une délégation en Syrie

"Pour manifester ma solidarité et celle de toute l'Eglise à la population en Syrie ainsi que ma proximité spirituelle aux communautés chrétiennes de ce pays, mon désir était d'envoyer une délégation de pères synodaux à Damas," a affirmé Benoît XVI. "Hélas, diverses circonstances et l'évolution de la situation n'ont pas rendue possible l'initiative dans les modalités souhaitées," a-t-il ajouté.

Noter
0