Connexion

RUSSIE

Dmitri Medvedev juge «sévère» la peine de prison des Pussy Riot

Le Premier ministre russe estime que l’emprisonnement des Pussy Riot a assez duré. Lors d’une réunion avec des responsables russes, Dmitri Medvedev a estimé que la peine des chanteuses, auteures de la « prière contre Poutine » chantée dans une cathédrale orthodoxe, était « inutile » et « sévère ».

Dmitri Medvedev, ancien président russe et actuel Premier ministre de Vladimir Poutine a pris la défense des membres du groupe punk Pussy Riot, actuellement emprisonnées pour avoir chanté une "prière punk anti-Poutine" dans une cathédrale russe.

Les Pussy Riot donnent la nausée à Dmitri Medvedev

À l’occasion d’une rencontre avec certains responsables russes, Dmitri Medvedev aurait confié que les Pussy Riot lui donnaient "la nausée" tout en jugeant "inutile" et "sévère" leur peine d’emprisonnement de deux ans.

"Ce qu'elles ont fait, leur apparence, et l'hystérie qui les accompagne, tout ce qui s'est passé me donne la nausée", a déclaré le Premier ministre, dont les propos ont été repris par l’agence de presse Interfax. "Je répugne à en parler. Voilà mon opinion personnelle", a-t-il poursuivi.

"Leur maintien en détention me paraît inutile"

Les trois jeunes femmes sont emprisonnées depuis le mois de mars. Elles ont été condamnées en août dernier à deux ans d’emprisonnement et leur appel sera examiné le 1er octobre prochain.

"La punition qu'elles ont déjà subie, leur détention dans les conditions d'une prison pendant un temps significatif est tout à fait suffisante pour qu'elles réfléchissent à ce qui s'est passé, par bêtise ou pour d'autres raisons", a estimé Dmitri Medvedev. "Leur maintien en détention me paraît inutile", a-t-il encore déclaré, affirmant néanmoins "ne pas vouloir se substituer au juge".

> Retour au dossier : Verdict de la dernière chance pour les Pussy Riot

Noter
0