Connexion

L’Allemagne voit rouge alors que Trump réitère ses menaces concernant une taxes sur les voitures européennes

Le ministre allemand de l’Économie Peter Altmaier a dénoncé les efforts et les provocations et de déstabilisation du président américain Donald Trump. Selon lui, la politique américaine pourrait de gravement affecter la croissance mondiale.

Dans une interview accordée au quotidien allemand Bild, le ministre allemand de l’Économie Peter Altmaier, s’est offusqué du recours systématique de Washington à des droits de douane punitifs pour influencer sur la politique internationale. Les Etats-Unis ont en effet imposé 34 milliards de dollars de droits de douane sur des produits chinois importés, après avoir surtaxé l'acier et l'aluminium en provenance de Turquie, du Canada, du Mexique et de l’Union européenne.

Frappé par des mesures de représailles prises par Bruxelles, Trump envisage de nouvelles taxes sur les importations de véhicules aux États-Unis. Une mesure qui frapperait tout particulièrement les marques allemandes. Au total, 60 % des véhicules produits de l’autre côté de Rhin sont exportés, notamment vers les États-Unis. Les nouvelles taxes sur les importations de véhicules pourraient culminer à 25%, faisant craindre au secteur, déjà mis à mal par le dieselgate, un recul substantiel.

 "Cette guerre commerciale est en train de ralentir et de détruire la croissance économique, et de créer de nouvelles incertitudes", a estimé Peter Altmaier. "Le passé nous a montré que ce sont les consommateurs qui souffrent le plus pendant les guerres commerciales, car les biens de consommation deviennent plus chers". D’après lui, il faut "un commerce mondial avec des droits de douane faibles, avec moins de protectionnisme et avec des marchés ouverts".

Même son de cloche pour le constructeur BMW, selon lequel "l'accès sans barrières au marché est un facteur crucial non seulement pour le modèle économique du groupe, mais aussi pour la croissance et l'emploi dans l'ensemble de l'économie mondiale". Berlin pensait obtenir un accord bilatéral sur le secteur automobile, mais a été refroidie par les exigences américaines en contrepartie d’une abolition de ces taxes, qui touchent de nombres autres secteurs.

Après avoir tenté de jouer cavalier seul, l’Allemagne soutient désormais que les politiques commerciales unilatérales incompatibles avec les règles de l’OMC sont dangereuses pour le développement économique dans le monde. A propos de l’impact de cette éventuelle taxe, Peter Altmaier note que "les droits de douane sur l’aluminium et l’acier représentent plus de six milliards d’euros. Dans ce cas, on parlerait de dix fois cette somme"

Noter
0