Connexion

Le gouvernement australien menacé par la question de la double nationalité

La Constitution australienne interdit aux élus au Parlement fédéral d'avoir une double nationalité. Une restriction qui fragilise la fragile coalition au pouvoir.

L'état civil du Premier ministre adjoint de l'Australie a failli lui coûter sa majorité parlementaire. Barnaby Joyce a dû renoncer en urgence à la nationalité néo-zélandaise qu'il ignorait détenir jusque-là. Né en 1967 dans la ville australienne de Tamworth d’un père néo-zélandais, Barnaby Joyce bénéficie à ce titre de la double nationalité, selon une loi néo-zélandaise qui a couru de 1949 à 1978.

Or, un élu du parlement australien ne peut détenir de double nationalité – une mesure déjà responsable de la chute de deux sénateurs verts au début du mois, affaiblissant considérablement la très courte majorité gouvernementale.

L’affaire aurait pu en rester là, mais le gouvernement australien accuse Wellington de déstabilisation, allant jusqu’à lui reprocher de s’être allié à l’opposition dans un "complot visant à sa chute" - le premier ministre libéral, Malcolm Turnbull, ne dispose que d’un seul siège d’avance pour sa majorité. La dirigeante travailliste néo-zélandaise, Jacinda Ardern, tout juste élue, a exprimé sa "déception" devant ces "accusations sans fondement".

Noter
0