Connexion

Le journaliste américain Michael Wolff raconte les coulisses de la campagne et l’administration Trump

Des extraits du dernier ouvrage de Michael Wolff, Le feu et la fureur : dans la Maison Blanche de Trump, ont été publiés mercredi par le Guardian, le Washington Post et le New York Magazine. Entre rumeurs et révélations, le livre provoque depuis mercredi une tempête politique à Washington.

Fire and Fury: Inside the Trump White House, le livre explosif de Michael Wolff est déjà en tête des précommandes chez tous les vendeurs américains. Et pour cause : il regorge de secrets et de rumeurs sur les coulisses de la présidence Trump.

"J’ai autorisé Zéro accès à la Maison Blanche à l’auteur de ce livre dingue ! Je ne lui ai jamais parlé pour un livre. Plein de mensonges, déformations et sources qui n’existent pas", a tweeté tard jeudi soir le président, visiblement furieux. Pourtant, le journaliste s’est bien rendu toutes les semaines à la Maison Blanche et a assisté à nombre de réunions. Ce dernier décrit son livre comme le fruit de plusieurs entretiens après avoir gravité pendant 18 mois autour de la galaxie Trump, de la campagne présidentielle à la Maison Blanche, et interrogé plus de 200 personnes.

Les anecdotes sont diverses et de plusieurs niveaux : régime alimentaire du président et sa peu de l’empoisonnement, le secret de sa coupe de cheveux unique, sa relation houleuse avec son administration, le peu d’estime du personnel de la Maison Blanche pour le nouveau dirigeant… Un des passages décrit la détresse du candidat Trump à l’annonce de sa victoire : "il ressemblait à quelqu'un ayant vu un fantôme. Melania était en larmes - mais pas de joie", explique son fils ainé.

Mais les révélations les plus fracassantes sont celles qui entourent les soupçons de collusion entre l’entourage de Donald Trump et la Russie. "Les trois personnes les plus importantes de la campagne ont pensé que c'était une bonne idée de rencontrer un gouvernement étranger dans la Trump Tower sans avocats", explique Stephen Bannon en référence à la rencontre entre le fils aîné de M. Trump, Donald Jr., Jared Kushner, gendre et proche conseiller du président, ainsi que Paul Manafort, et l'avocate russe Natalia Veselnitskaya.

"Même si vous pensez que ce n'était pas une trahison, pas antipatriotiques ou pas une connerie, et moi je pense que c'est tout cela, vous auriez dû appeler le FBI tout de suite", ajoute-t-il. Ce dernier n’a pas démenti ces propos. Face à ces critiques, M. Trump s’est fendu mercredi d’un communiqué : "Steve Bannon n’a rien à voir avec moi ou ma présidence. Quand il a été limogé, il n’a pas seulement perdu son travail, il a aussi perdu la raison.

Les avocats du président américains ont demandé, jeudi 4 janvier, la non-publication du livre. Ils dénoncent des comptes-rendus "faux [ou] sans fondements". En réponse, la sortie du livre a été avancée de quatre jours (à ce vendredi), ont annoncé son auteur et son éditeur. "Et voilà. Vous pouvez l’acheter (et le lire) demain. Merci, monsieur le président", a commenté Michael Wolff dans un tweet.

Noter
0