Connexion

Les Kurdes irakiens reculent sur leur projet d’indépendance

Le gouvernement kurde propose un gel des résultatsdu référendum d'indépendance du mois dernier, pour pouvoir mener un « dialogue ouvert » avec Bagdad.

Le projet du clan kurde Barzani d’un Kurdistan indépendant dans le nord de l’Irak a été abandonné. Dans un appel à un cessez-le-feu immédiat le Gouvernement régional du Kurdistan irakien demande l'arrêt des opérations militaires du pouvoir central dans le nord du pays. "Le combat continu ne mènera aucune des deux parties à la victoire, mais entraînera le pays dans le désarroi et le chaos, au détriment de tous les aspects de la vie" peut-on lire dans le communiqué.

Dans la nuit de mardi 24 à mercredi 25 octobre le gouvernement régional a accepté de "geler les résultats" du référendum d’indépendance, qui cause depuis un mois une crise majeure avec Bagdad. Le 25 septembre dernier, un scrutin avait été organisé dans la région autonome du Kurdistan irakien. Au terme du vote, le "oui" l’avait largement emporté (92 % des suffrages). La demande a toutefoisn été jugée inacceptable par Bagdad, qui a menacé de déployer ses forces armées pour reprendre le contrôle des territoires riches en pétrole que le gouvernement autonome administrait depuis 2014. 

Devant la menace, les kurdes étaient divisés – des divisions qui ont mis un terme à leur rêve d’indépendance : lorsque les forces gouvernementales irakiennes ont annoncé leur mouvement pour reprendre Kirkouk, les forces de la milice kurde (peshmerga) sous le commandement de l’UPK des Talibani se sont retirées comme elles l’avaient annoncé en cas de glissement vers des violences. Les miliciens sous le commandement du KDP de Barzani se sont retrouvés dans une position indéfendable et ont dû fuir en toute hâte, appelant désormais à un "dialogue ouvert" entre Erbil et Bagdad.

Noter
0