Connexion

CLASSEMENT ANNUEL

Gouvernance en Afrique: les mauvaises nouvelles de l'indice Mo Ibrahim

La Fondation Mo Ibrahim a publié, lundi 29 septembre, son traditionnel indice 2014 de la gouvernance en Afrique. Les regards se portent cette année sur l’Egypte et la Libye, qui subissent une baisse de plusieurs places dans le classement.

Port Louis, capitale de l'Ile Maurice. Photo : Peter Kuchar (pkuchar)/Wikimedia Commons / cc

Chaque année, la fondation Mo Ibrahim rend public un classement des pays africains en matière de bonne gouvernance. Publié lundi 29 septembre, l’indice Mo Ibrahim montre cette année une nette baisse de nombreux pays africains dans le classement.

L’Egypte et la Libye régressent fortement

Ce n’est pas une surprise, l’Egypte et la Libye, toutes deux en crise ont nettement reculé cette année. Alors que l’Egypte parvenait à une note de près de 60/100 en 2013, elle n’atteint que celle de 51,1/100 cette année.

Même constat en Libye où la crise gouvernementale que subit le pays depuis plusieurs années se répercute sur sa note annuelle. Entre 2013 et 2014, le gouvernement libyen a perdu 7,4 points et atteint aujourd’hui une note de 42,1/100. En perdant 16 places en à peine quelques mois, la Libye se situe désormais à la 43ème place.

L’Ile Maurice au top du classement

Le bon élève cette année se trouve en Afrique de l’Ouest. La Côte d’Ivoire a marqué cette année une progression remarquée par la Fondation Mo Ibrahim. En effet, le pays d’Alassane Ouattara a gagné 7,8 points depuis l’année dernière et atteint la 40ème place avec une note de 44,3/100.

Comme les années précédentes, c’est l’Ile Maurice qui ravit cependant la tête du classement avec une note de 81,7/100, suivie de près par le Cap/Vert (76,6/100) et le Botswana (76,2/100) tandis que la Somalie arrive en derrière position, précédée de la République centrafricaine.

"Même les plus performants doivent rester vigilants"

Lors de la publication de ces résultats, le président de la Fondation, Mo Ibrahim, a commenté la baisse généralisée des notes obtenues par la plupart des pays situés en haut du classement.

"Au cours des cinq dernières années, les cinq pays en tête du classement ont vu leur note se détériorer dans au moins une catégorie, ce qui démontre que même les plus performants doivent rester vigilants", a ainsi déclaré Mo Ibrahim.

Le classement Mo Ibrahim est établi sur la base de près de 100 indicateurs. Ces critères sont eux-mêmes divisés en quatre sections parmi lesquelles on retrouve la sécurité et la primauté de la loi, la participation et les droits de l’Homme, l’économie durable et le développement humain.

Noter
5