Connexion

PRÉCARITÉ

Un webdoc sur la «débrouille» des jeunes face à la crise

On qualifie souvent la génération Y de génération paresseuse et narcissique. Mais parle-t-on de cette «génération débrouille», frappée de plein fouet par la crise, qui se mobilise quotidiennement pour faire face à la précarité? Dans son webdocumentaire «Ma vie à deux balles», la réalisatrice Sophie Brandström dresse le portrait de six jeunes qui s'activent en faisant preuve d'imagination pour surmonter les obstacles.

Capture d'écran "Ma vie à deux balles" - Photo DR

Et si nous parlions de la crise sous un angle nouveau ? Délaissant la sinistrose qui entoure cette crise dont on nous parle tant, la réalisatrice Sophie Brandström a décidé de mettre en avant les initiatives citoyennes et le sentiment de solidarité qui ont émergé pendant la crise, en focalisant son regard sur les jeunes, en première ligne des coupes budgétaires drastiques. "Difficultés d’accès au logement et aux soins, contrats de travail précaires, les jeunes subissent de plein fouet les effets de la crise économique et sociale. Mais la génération des 18-35 ans regorge d’imagination pour surmonter ces problèmes", explique ainsi le synopsis du projet transmedia. Educatif, mais également pratique, Ma vie à deux balles propose une expérience interactive originale sur la "débrouille" chez les jeunes.

Six portraits

Pour donner un visage à cette jeunesse qui s’organise, la réalisatrice a suivi six jeunes dont elle a dressé le portrait vidéo: Morgan qui vit dans une yourte, Jeoffrey, incollable sur les bons plans pour faire face à la précarité, Thibault, vagabond en quête de logement, Jeanne qui compte sur sa créativité, mais aussi Noémie, une jeune maman qui s'appuie sur les astuces sur les web, et Julien, un "solidaire endurci" qui mise sur l'entraide. Tous se mobilisent, à leur échelle, pour surmonter les difficultés économiques en faisant preuve d'imagination.

"Que cela soit une crise personnelle, économique ou politique, l’être humain a un instinct de survie. On se bat tout le temps, en s’appuyant les uns sur les autres. Une solidarité s’est créée" explique Sophie Brandström à JOL Press. "C’était important de mettre un visage sur la crise jeunes au travers de ces six portraits, mais également d’apporter des solutions et de faire avancer les choses, grâce aux conseils des experts" poursuit la réalisatrice et photo-journaliste, qui a tout au long de sa carrière beaucoup travaillé sur les thèmes de la précarité.

"Les jeunes comptent sur leurs ressources personnelles"

Si le webdoc raconte l'histoire de six jeunes mobilisés, il va plus loin en proposant un onglet "L’avis des experts" dans lequel tout un panel de spécialistes et sociologues, décryptent la crise économique et sociale et proposent des solutions aux jeunes.

Cécile Van de Velve, sociologue et maître de conférence à l’EHESS, spécialisée en sociologie de la jeunesse explique par exemple qu’il y a "une très faible confiance des jeunes Français dans la société pour leur faire une place. Ce qu’on constate aujourd’hui, c’est que de plus en plus de jeunes comptent sur leurs ressources personnelles, sur leur réseau, sur leur capacité de débrouille, sur leur capacité de mobilité en décidant de quitter la France, pour les plus diplômés surtout. Nous sommes dans une génération qui a une réponse à la crise" estime la sociologue.

"Sur la question des jeunes en Europe, ce que j’ai pu montrer au cours de mes enquêtes c’est que au Nord de l’Europe nous sommes assez protégés de la crise. Devenir adulte aujourd’hui prend un temps assez long, et s’étale tout au long de la vingtaine. L’entrée dans l’âge adulte est assez tardive contrairement aux pays anglo-saxons" poursuit-elle, face à la caméra de Sophie Brandström.

Parmi les experts figurent également Diouldé Chartier, chargée d’Etudes marketing sur L’Observatoire Système D pour D’Cap Research. Pour elle,  le mot "plateforme" est devenu "le mot clé de l’économie de la débrouille qui est en train de naître": "On assiste vraiment à la naissance et à l’organisation de ce qu’on appelle l’économie circulaire : des jeunes qui démarrent dans la vie, en ne se pensant pas tous seuls" explique-t-elle.

Conseils pratiques sur le "comptoir de la débrouille"

En plus des conseils d'experts, la plateforme interactive du webdoc comprend un espace baptisé le "comptoir de la débrouille", sorte de forum où les internautes échangent des bons plans pour faire face à la précarité, autour des questions du logement, du transport, de l'emploi et de la santé.  "Le comptoir de la débrouille est un espace participatif dans lequel nous plaçons beaucoup d’espoir. J’espère qu’il pourra vivre au-delà du webdoc, et devenir une plateforme à part entière où les gens pourront partager leurs bons plans et astuces" explique la réalisatrice, persuadée que c'est "une nouvelle économie" basée sur la solidarité qui est en train de s’installer.

 

Noter
5