Connexion

FACE AU DANGER DES OGM

Manger sans OGM ? Oui, c'est possible!

Oui, les OGM sont dangereux. Pourtant, ils sont dans votre assiette ! Quels sont-ils, où sont-ils et comment les éviter ? JOL Press vous aide à vous orienter.

Photo : Rosana Prada - cc

NK603 : l'étude de Séralni qui change tout

"Oui, les OGM sont des poisons ! ". La une du Nouvel Observateur de ce mercredi 19 septembre est sans appel, et pas sans raisons. L’hebdomadaire publie cette semaine une étude menée par l’équipe du professeur Gilles-Éric Séralni démontrant la toxicité de l’OGM NK 603. NK 603 ? C’est le nom d’une variété de maïs développée et commercialisée par l’américain Monsanto (détenteur à 80% du marché mondial des OGM). Un produit autorisé à l’importation en Union européenne et présent dans notre alimentation de tous les jours.<!--jolstore-->

45 OGM autorisés à l'importation en France

Dans l'Union européenne, et plus particulièrement en France, quarante-cinq OGM – dont le maïs NK 603 – sont autorisés à l’importation. On compte parmi ceux-ci vingt-cinq variétés de maïs, huit de coton, sept de soja, trois de colza et une de betterave. Et oui, il peut potentiellement y avoir des OGM dans votre assiette car, si la culture des OGM est interdite en France, la commercialisation de produits dérivés, elle, est autorisée sous condition d’informer le consommateur en cas de proportion d’OGM supérieure à 0,9%. Plus grave, 80 % des 4,5 millions de tonnes de soja importées chaque année du Brésil pour nourrir les animaux d’élevage français contiennent des OGM sans que cela ne soit précisé.

Comment les éviter ?

En s’informant ! Votre premier outil pour mener une vie sans OGM sera le guide des produits avec et sans OGM de l’ONG américaine Greenpeace. Insuffisant pour tranquilliser votre esprit ? Des guides internet, de plus en plus nombreux, vous proposent des carnets d’adresse de producteurs et de marques commercialisant des produits avec et sans OGM. Faudra-t-il toujours se référer à ces listes pour pouvoir manger sans OGM ? Heureusement, non. Depuis le 1er juillet 2012, la mention "sans OGM" est autorisée et permettra très bientôt de s’orienter plus facilement dans les grandes et petites surfaces.  

Noter
0