Connexion

IMMIGRATION

A Melilla, «la clôture de la honte» suscite l'indignation

La photographie a fait le tour des medias espagnols. Le cliché pris à Melilla, ville autonome espagnole située au Maroc, montre une joueuse de golf imperturbable, alors que derrière elle une douzaine de migrants sont suspendus au sommet du grillage qui sépare le Maroc de l'enclave espagnole.

Une photo prise à Melilla, enclave espagnole située au nord du Maroc, fait scandale. Au premier plan, une joueuse de golfe est concentrée sur son jeu avec son entraineur alors que douze migrants sont accrochés au grillage qui délimite le terrain derrière elle, comme le rapporte Courrier International.

"Ce n’est pas un montage photo"

"Aujourd’hui, les migrants ont au moins pu profiter d’une partie de golf avant d’être expulsés illégalement par les agents du Ministère de l’Intérieur" explique Jose Palazon, l’auteur de la photo sur son compte Facebook, avant de préciser que la clôture et le terrain de golf étaient financés par l’Etat espagnol et les fonds de l’Union européenne.

"La clôture de la honte", titre le quotidien El Mundo. "Ce n’est pas un montage photo" précise quant à lui El Pais. Pour El Diario.es, l’image "parle d’elle-même".

Le site espagnol revient plus en détails sur le financement de la grille et du terrain de golf : construit grâce à un prêt de 2 millions d'euros du Fonds européen de développement régional (Feder).

Nouvelle tentative de passage groupé

Mercredi 22 octobre, tôt dans la matinée, 400 personnes ont à nouveau tenté d'escalader le grillage, haut de six mètres. Une nouvelle tentative qui témoigne de la recrudescence de l’immigration clandestine au Maroc, même s’il faut  nuancer selon Stéphane Julinet, responsable juridique du Groupe antiraciste d’accompagnement et de défense des étrangers et migrants (GADEM), basé au Maroc: "S’il y a plus de tentatives de passage sur ces enclaves, c’est aussi parce que les voies maritimes sont aujourd’hui complètement fermées. Si l’on compare avec les années précédentes, sur le moyen terme, il y a globalement beaucoup moins de migrations irrégulières du Maroc vers l’Europe" expliquait à JOL Press Stéphane Julinet.

Répression policière

La publication de la photo du "grillage de la honte"  intervient quelques jours la diffusion d’une vidéo montrant  des policiers espagnols portant des coups à un jeune immigrant camerounais, à la frontière Melilla et le Maroc. La vidéo, diffusée le 15 octobre dernier par l'ONG Melillense Prodein, une organisation locale de défense des droits de l'homme, a suscité l’indignation des défenseurs des droits humains.

Noter
5