Connexion

ZONE EURO

Tremblez faux-monnayeurs, le nouveau billet de 5 euros arrive...

Après dix ans de bons et loyaux service, le petit billet gris - celui de cinq euros - tire sa révérence, et laisse place à un nouveau modèle. Ainsi, à partir du 2 mai 2013, les premiers nés de la nouvelle série de billets, appelée « Europe », seront mis en circulation - conjointement avec les anciens pendant un premier temps. Les autres billets sortiront, par ordre croissant, dans les prochaines années.

C’est Mario Draghi, le président de la BCE, qui a présenté les nouvelles coupures ce jeudi 10 janvier au musée archéologique de Francfort, à l'occasion de l'inauguration de l'exposition « Le nouveau visage de l'euro ».

La lutte contre les faux-monnayeurs

La raison principale de ce changement ? La sécurité. Environ 531 000 faux billets en euros auraient été saisis en 2012, ainsi que 606 000 en 2011... C’est pourquoi, si l’esthétique reste presque inchangée, les techniques d’impression, elles, ont été modernisées, rendant le billet moins facile à falsifier. « Les nouveaux billets en euros présentent des signes de sécurité perfectionnés bénéficiant des dernières avancées techniques et en matière de sécurité », annonce la BCE dans son communiqué de presse. Le nouveau dispositif possède trois améliorations : un filigrane représentant la déesse Europe - visible par transparence, un hologramme de celle-ci, que l’on aperçoit en inclinant le billet, ainsi qu’un « nombre émeraude » situé en bas à gauche du billet. 

Les billets de 5 euros actuellement en circulation avec un arc de triomphe au recto, un aqueduc ainsi qu’une carte de l’Europe au verso vont donc progressivement disparaître, laissant place à... des billets de 5 euros avec un arc de triomphe au recto, un aqueduc ainsi qu’une carte de l’Europe au verso. 

Une princesse phénicienne et quelques changements symboliques

Si seuls quelques changements mineurs ont été effectués au niveau graphique, ceux-ci n’en sont pas moins symboliques. On observe, en premier lieu, l’apparition d’un visage : celui de la princesse phénicienne Europe, enlevée par Zeus d’après la mythologie grecque, qui a donné son nom au continent. L’euro était, en effet, l’unique monnaie à n’être pas représentée par une personnalité. Le vide est donc comblé, renforçant bel et bien l'emblème le plus concret de la réalisation européenne. On notera également quelques détails d’importance : l’ajout du mot « euro » en cyrillique, troisième alphabet officiel de l’Union depuis l’adhésion de la Bulgarie en 2007 ; la représentation de Chypre et Malte, entrés en 2008 dans la zone euro, sur la carte et la signature de Mario Draghi, troisième président de la BCE à ce jour.

Pour lire d'autres articles du même auteur, rendez-vous sur Économie Matin.

 

Noter
0