Connexion

INCOMPETENCE INFORMATIQUE

La plus grande menace pour l’Obamacare: son site internet!

L’emblématique réforme du système de santé américain, l’Obamacare, a été lancée le 1er octobre, avec l’objectif de rendre universel l’accès aux soins et de réguler un secteur marqué par l’inflation des coûts. Un lancement plus que laborieux, que la bataille politique entre républicains et démocrates de ces dernières semaines a fait passer au second plan.

Le site de l'Obamacare multiplie les difficultés - Photo : shane_d_k/Flickr/cc

Barack Obama n’a pas plié face aux exigences des républicains. La mesure phare de son premier mandat n’a été ni reportée, ni amputée d’une partie de ses dispositions. Pourtant, le lancement du site internet fédéral censé permettre à tous les Américains de bénéficier d’une assurance santé de qualité fait déjà débat.

Débuts (très) laborieux pour le site de l’Obamacare

Si le 1er octobre était la date officielle de lancement du site fédéral de l’Obamacare, il a également marqué le début d’un épisode qui a retenu toute la couverture médiatique : le fameux"shutdown". Dans la mesure où un accord a enfin pu être trouvé au Sénat pour mettre fin à l’impasse budgétaire et régler temporairement le problème du plafond de la dette, il est temps de regarder de plus près ce qu’il en est du lancement du site fédéral. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les débuts sont délicats.

Il est important de préciser tout d’abord que le gouvernement gère le site internet de la réforme du système de santé du président Obama dans 36 Etats. Les 14 autres Etats gèrent localement leurs propres sites internet. C’est le site internet fédéral qui concentre les critiques actuellement, et pour cause, près de trois semaines après son lancement, il ne permet toujours pas aux Américains le désirant de souscrire à une assurance.

Le site fédéral aurait eu 14,6 millions de visites uniques lors des dix premiers jours de lancement. Une audience supérieure aux prévisions, qui pouvait faire croire que les chiffres seraient positifs dès la première année. Mais du fait de la capacité très limitée du site, qui ne permet qu’à une infime partie des visiteurs de souscrire, le programme enregistre du retard.

Selon les spécialistes, lors de la première semaine, 0,4 % seulement des visiteurs seraient parvenus à souscrire à une assurance sur le site fédéral. Cela va évidemment dans le sens des républicains, qui considèrent que le gouvernement n’était pas prêt pour le lancement et aurait dû le repousser.

Des progrès ont été faits chaque jour sur les site, mais si l’immense majorité des visiteurs parviennent à se créer un compte et effectuer les premières étapes du processus, des messages d’erreur apparaissent toujours par la suite.

La structure du site est également critiquée. Les visiteurs doivent passer par plusieurs portails où ils doivent créer des comptes et donner des détails sur eux avant même d’avoir les informations sur les assurances auxquelles ils sont éligibles.

Un retard conséquent à cause des problèmes liés au site ?

Du fait du peu de personnes ayant pu souscrire à une assurance sur le site fédéral, on peut légitimement parler d’échec pour le lancement.

La situation est problématique car actuellement aux Etats-Unis, plus de 50 millions de personnes n’ont pas d’assurance santé. Des millions d’Américains comptent donc sur la promesse de Barack Obama de leur donner accès à une couverture santé.

Avec les problèmes technique que connaît le site, le programme pourrait enregistrer du retard. D’après les spécialistes, pour éviter que l’objectif d'une souscription de 7 millions de personnes dans la première année soit compromis, il faudrait que les problèmes soient résolus au plus tard mi-novembre. Pour l'instant, le gouvernement préfère ne pas dévoiler officiellement le nombre d’Américains ayant souscrit à une assurance sur le site fédéral.

Cela étant, il faut se souvenir que les débuts des programmes sociaux Medicare et Medicaid avaient également été difficiles, avec pourtant, par la suite, un succès indéniable. 

Noter
5