Connexion

ITALIE

VIDEO. Le bilan continue à s'alourdir après l'incendie du ferry

Le dernier bilan de l'incendie du ferry Norman Atlantic fait état de dix morts parmi les passagers, selon la marine italienne. Tous les passagers ont été évacués.

Le feu s'est déclaré aux alentours de 04h30 GMT dans le garage intérieur du ferry. (Crédit : capture d'écran / 6medias)

Une enquête criminelle a été ouverte en Italie suite à l'incendie qui s'est déclenché dimanche à bord du ferry Norman Atlantic, désormais en perdition dans l'Adriatique.

Tous les passagers ont désormais été évacués.

A ce stade, au moins dix personnes ont perdu la vie dans l'embrasement. Dimanche, les autorités avaient déjà fait état d'un mort - un ressortissant Grec.

"Un massacre" évité

Les opérations de secours à bord du ferry ont pris fin, plus de 24 heures après qu'un incendie s'est déclaré dans son garage inférieur.

Matteo Renzi a remercié les équipes de secours qui ont selon lui évité "un massacre"

Mer démontée

Ralenties par une mer houleuse qui a empêché les bateaux d'approcher du ferry, ces opérations, qui ont duré toute la nuit, ont permis d'hélitreuiller la totalité des passagers et membres d'équipage, a déclaré la marine italienne.

La mer démontée n'a pas non plus permis l'accrochage des câbles destinés à remorquer le bateau

"Les autorités grecques ont demandé à ce que le bateau soit remorqué jusqu'en Albanie mais les Italiens ont refusé. Pour le moment, aucune décision n'a été prise quant à sa destination", a-t-il dit.


Incendie du ferry italien : les difficiles... par 6MEDIAS

Les autorités italiennes ont dit espérer pouvoir remorquer le Norman Atlantic jusqu'au port de Brindisi, dans le sud de l'Italie. Plus tôt dans la journée, un navire marchand, le Spirit of Piraeus, avec 49 rescapés à bord n'a pas pu gagner ce port et a été dérouté sur celui de Bari

Une équipe médicale à bord

Une équipe médicale avait été hélitreuillée à bord du ferry pour assister les personnes encore présente jusqu'à leur évacuation, a précisé la marine italienne, ajoutant que plusieurs passagers souffrants ont été transportés à terre par hélicoptère.

Les opérations de secours sont coordonnées à partir du San Giorgio, un navire de la marine italienne, à bord duquel 85 personnes avaient pu être hélitreuillées à 07h50 GMT.

Le ferry Norman Atlantic, parti de Patras dans l'ouest de la Grèce, devait se rendre dans le port italien d'Ancône.

Il se trouvait à 44 milles nautiques (81 km) au nord-ouest de Corfou lorsque le feu s'est déclaré aux alentours de 04h30 GMT, dimanche, dans le garage inférieur, où se trouvent plus de 200 véhicules

L'incendie, dont l'origine n'a pas encore été déterminée, est désormais maîtrisé.

10 Français à bord

D'après le ministre grec de la Marine marchande, Miltiadis Varvitsiotis, 478 passagers et membres d'équipage se trouvaient alors à bord du Norman Atlantic.

Sur ce total, 268 sont selon lui de nationalité grecque. Des Allemands, des Italiens, des Autrichiens, des Turcs, des Néerlandais et dix Français sont également du nombre, dit-on au ministère des Affaires étrangères. 

Les autorités françaises ont déployé des dispositifs d'accueil en Grèce et positionné une équipe dans le port italien de Bari.

"Efforts surhumains"

"Nous faisons des efforts surhumains dans cette opération qui s'avère extrêmement difficile", a déclaré le porte-parole des garde-côtes grecs, Nikos Lagkadianos.

Chaque transfert par hélicoptère prend un quart d'heure environ. Deux appareils italiens et deux grecs, des Super Puma, prennent part à l'opération, a rapporté un responsable du ministère grec de la Défense.

"Personne ne sera abandonné dans cette situation difficile"

Les vents soufflant à 90 km/h ont fortement compliqué les opérations de secours, a déclaré dimanche le ministre grec de la Marine marchande, Miltiadis Varvitsiotis.

"Nous faisons tout notre possible pour sauver ceux qui se trouvent à bord et personne ne sera abandonné dans cette situation difficile. C'est l'une des opérations de sauvetage les plus compliquées que nous ayons eues à effectuer", a-t-il déclaré.

Des manoeuvres délicates

Des bateaux ont tenté dimanche de former un cercle autour du ferry pour l'abriter du vent et permettre à des canots de sauvetage d'approcher mais les conditions météo rendent les manoeuvres délicates.

Pendant quatre ans, jusqu'en septembre dernier, et à raison de trois fois par semaine, le Norman Atlantic a assuré la liaison entre Montoir-de-Bretagne et Gijón, en Espagne, rapporte Mer et Marine.

Construit en 2009, le ferry pèse 29 000 tonnes et est désormais exploité par la compagnie grecque ANEK.

Source Reuters

Noter
0