Connexion

PHOTOGRAPHIE AU GRAND PALAIS

«Un moment si doux»: 150 clichés en couleur de Raymond Depardon

Jusqu'au 10 février prochain, le Grand Palais présente plus de 150 clichés en couleur du grand photographe et documentariste Raymond Depardon. Intitulée « Un moment si doux», la rétrospective propose une plongée dans l'œuvre et la vie du créateur de l'agence Gamma depuis la fin des années 50 jusqu'à aujourd’hui.

Autoportrait au Rolleiflex (posé sur un mur) 1er scooter de marque Italienne "Rumi", étiquette de presse sur le garde-boue, Ile Saint-Louis. Paris, 1959 ©Raymond Depardon/Magnum Photos

On a beaucoup parlé de lui lorsqu’il a réalisé le portrait de François Hollande, qui orne aujourd’hui les bâtiments officiels du pays, selon la tradition républicaine. Mais l’œuvre photographique et cinématographique de Raymond Depardon est dense et ne se limite pas à ce cliché officiel.

Le Grand Palais lui consacre aujourd'hui une retrospective, réalisée en étroite collaboration avec l’artiste. A travers 150 photographies en couleur, l'exposition retrace ses débuts jusqu’à aujourd’hui, en présentant des sujets récurrents dans l'œuvre du photographe : des espaces urbains ou paysages naturels, la solitude des villes, des intérieurs d’hôtels et de cafés, et bien sûr, de nombreux portraits.

"En couleur, je suis complètement autre"

L'occasion de découvrir les clichés des indiens Mapuches qu'il a pris lors de ses voyages au Chili, en 1971, deux ans avant la mort de Salvador Allende, son travail effectué en Argentine, mais aussi ses photos dévoilant les conséquences de la guerre civile à Beyrouth, en 1978.

"Lorsque je photographie en noir et blanc, je m’inscris dans la grande tradition européenne de ciels chargés, de noirs denses et profonds ; je vois au contraire la couleur très claire, lumineuse, et joyeuse surtout. C’est le plaisir de la couleur que montre Un moment si doux" explique le photographe de Magnum.  "En couleur, je suis complètement autre. Je suis davantage rattaché à mon enfance très heureuse dans la ferme de mes parents, au désir amoureux aussi", précise Raymond Depardon.

C'est Hervé Chandès,  directeur général de la Fondation Cartier, qui signe la sélection:  "On voit depuis les premières images des années 50 jusqu'à aujourd'hui une continuité qui est absolument évidente dans l'exposition. Dans les œuvres de Raymond Depardon, il y a vraiment un appétit et une curiosité pour la couleur" a-t-il expliqué au site Men's Up. Déjà en 2004 puis en 2009, la Fondation Cartier avait rendu hommage à Raymond Depardon à travers deux expositions.

Noter
0