Connexion

Quel bilan pour la rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-un

Le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-Un se sont rencontré lors d’un sommet historique à Singapour, marquant le début d'une reprise des relations diplomatiques entre les deux pays.

 

Donald Trump et Kim Jong-Un se sont rencontrés lors d’un tête à tête qui aura duré 45 minutes à Singapour, mardi 12 juin. Les eux dirigeants ont multiplié poignées de main et politesses afin d’afficher leur bonne entente. "Cette rencontre prouve qu’un réel changement est possible. Ma rencontre avec Kim Jong Un a été honnête, directe et productive", a déclaré le Président américain.

La rencontre a donné lieu à la signature d’un texte commun dans lequel la Corée du Nord consent à une "dénucléarisation complète de la péninsule". En échange, Pyongyang a obtenu la cessation par Washington et Séoul des manœuvres militaires à la frontière entre les deux Corées. Séoul et le commandement militaire américain en Corée du Sud ont toutefois souligné qu'ils n'avaient pas été prévenus à l'avance de cette annonce.

"Le monde a fait un grand pas qui l’éloigne d’une potentielle catastrophe nucléaire ! Plus de lancements de fusées, d’essais ou de recherche nucléaires" s’est félicité Donald Trump sur Twitter. Il a félicité Kim Jong-un "pour avoir fait le premier pas audacieux vers un avenir brillant pour son peuple".

"Il n’y a pas de limite à ce que la Corée du Nord peut réaliser si elle abandonne ses armes nucléaires et choisit le commerce et l’engagement avec le monde". Kim Jong-un "a devant lui l’opportunité de devenir le dirigeant qui aura inauguré une ère nouvelle et glorieuse de sécurité et de prospérité pour ses citoyens", a assuré Trump.

En retour, Kim Jong-un a invité Trump à effectuer une visite à Pyongyang à un moment opportun, et Trump a invité Kim Jong-un à venir aux États-Unis. Il s’est dit "convaincu que cela constituera une autre occasion importante pour une amélioration des relations". Son objectif : mettre fin dans le cadre d’un accord global aux lourdes sanctions internationales qui plombent son économie déjà fragile.

Kim Jong-un a par ailleurs conditionné la dénucléarisation de la péninsule coréenne dépend à la cessation par Washington des actions hostiles à son égard – il pourrait notamment viser les sanctions économiques qui visent son régime par cette formule : "Kim Jong-un a déclaré qu'afin d'établir la paix et la stabilité dans la péninsule coréenne et de réaliser sa dénucléarisation, les deux pays doivent s'engager à s'abstenir de s'antagoniser (...) réciproquement, pour se comprendre mutuellement"

Noter
0