Connexion

JO SOTCHI 2014

Les plus belles cérémonies de clôture des Jeux Olympiques d’hiver

Alors que la cérémonie de clôture des JO d’hiver de Sotchi aura lieu dimanche 23 février, revenons quelques années en arrière afin de revivre en images quelques-unes des plus éblouissantes cérémonies passées.

Photo : familymwr/CC

Les cérémoniaux qui entourent les Jeux Olympiques de l’ère moderne font de chaque manifestation sportive un festival inoubliable. Le faste des cérémonies olympiques sont portées par la vision et l’imagination créative des organisateurs, qui doivent cependant se soumettre à certains protocoles. Comme pour les cérémonies d’ouverture, celles de clôture doivent répondre à certains impératifs, avant de se distinguer dans des thèmes originaux qui rendent chaque spectacle unique.

Le tout premier point à respecter -et il semble logique- est d’organiser le cérémonial de clôture dans le stade Olympique lors du tout dernier jour des Jeux, une fois toutes les épreuves terminées. Ensuite, entre dans l’arène le chef d’état du pays hôte (ou son représentant), accompagné du président du Comité International Olympique (CIO) et du président du Comité d’Organisation des Jeux Olympiques (COJO).

Tandis que résonne l’hymne national du pays hôte, est hissé son drapeau. Cela donne le coup d’envoi du défilé des drapeaux, avec en tête celui de la Grèce et en dernier celui du pays organisateur.

Des thèmes originaux, mais un protocole strict

Vient ensuite l’heure de saluer les milliers d’athlètes qui ont fait des Jeux un moment fort en émotions. Contrairement aux JO d’été, le défilé se fait au début de la cérémonie, avant que les athlètes ne filent en tribunes apprécier le spectacle. A l’issue de cette tournée, sont mis en avant les volontaires des Jeux, ceux qui permettent leur bon déroulement.

Deux moments solennels viennent ensuite prendre le relais : l’hymne national de la Grèce et le hissage de son drapeau, puis l’hymne olympique et le pliage de son drapeau, afin que le maire de la ville hôte le remette en mains propres à celui qui recevra l’événement quatre ans plus tard. Un passage de témoin symbolique, conclu par l’hymne du futur pays organisateur et la levée de son drapeau.

Avant que la flamme ne s’éteigne et après que le programme artistique des prochains Jeux ne soit diffusé, des discours des présidents du CIO et du COJO sont prononcés à l’intention des jeunes du monde entier. La quinzaine est alors terminée, ne laissant que d’émouvants souvenirs aux nombreux témoins de l’événement. Parmi les vingt-deux rassemblements hivernaux qui ont été offerts depuis 1924, certains ont particulièrement marqué leurs époques. Retour en images :


JO 1992 – Albertville
 

Un spectacle en hommage à la Savoie, autour d’un manège illuminé digne des plus beaux ciels étoilés d’hiver, orchestré par le metteur en scène Philippe Decouflé qui a révolutionné le monde du spectacle avec ses costumes, ses chorégraphies et ses jeux d’optique. La cérémonie se termina par un immense bal dansant ouvert au public.


JO 1998 – Nagano
 

Au son de centaines de tambours et à la vue de danses traditionnelles du cheval et du lion, cette cérémonie de clôture fut aussi explosive que le déroulé de la compétition. Afin d’effectuer la transition symbolique avec les États-Unis (Salt Lake City), une diligence entourée de cow-boys fait son entrée dans le stade, avant qu’un immense feu d’artifice ne vienne conclure les Jeux.


JO 2006 – Turin
 

Un cérémonial de clôture sous le thème du carnaval italien, qui se déroulait alors durant les mêmes jours. De magnifiques tableaux inspirés des œuvres de Fellini ont émerveillé les centaines de millions de téléspectateurs, avant que divers artistes tel qu’Andrea Bocelli ou encore Avril Lavigne ne viennent faire frétiller leurs oreilles.

Lors du symbolique passage de témoin olympique, un moment émouvant vint secouer la cérémonie : tétraplégique, le maire de Vancouver au Canada, Sam Sullivan, brandit le drapeau d’une main tout en balançant son fauteuil roulant d’avant en arrière à huit reprises, comme le veut la tradition.


JO 2010 – Vancouver
 

Une performance culturelle. Durant cette cérémonie, tous les clichés canadiens furent transposés en tableaux sous le signe de l’autodérision, mais aussi de la fête et du bilinguisme. Parmi les moments forts de cette cérémonie de clôture : une prestation de Neil Young sous une fausse neige tombant du toit du stade et un voyage élégant de quelques minutes en Russie (pays hôte en 2014).

Noter
5