Connexion

PROCÈS EN TUNISIE

Tunisie: le procès des trois Femen européennes est reporté

Les deux Françaises Pauline Hillier et Marguerite Stern, et l’Allemande Josephine Markmann, toutes les trois militantes Femen, devaient comparaître, mercredi 5 juin, devant la justice tunisienne. Elles avaient manifesté la semaine dernière à Tunis, seins nus devant le palais de Justice. Elles risquent la prison ferme pour « débauche ». Leur comparution a été reportée.

Photo: capture d'écran / I-Télé

Le procès de Pauline, Marguerite et Joséphine devait s’ouvrir ce mercredi à Tunis, leur comparution a été reportée. Les trois jeunes femmes avaient manifesté le 29 mai dernier devant le palais de justice de la capitale tunisienne, le slogan "breasts need revolution" ("les seins ont besoin d’une révolution") inscrit sur leurs poitrines nues. 

Free Amina

Elles demandaient la libération de la Femen tunisienne Amina Tyler, emprisonnée depuis le 19 mai pour avoir écrit "Femen" sur le mur d’un cimetière de la ville de Kairouan. La jeune Femen tunisienne sera également entendue par la Justice pour "profanation de sépulture", "atteinte aux bonnes mœurs" et "association de malfaiteurs".

"Débauche"

Arrivées au tribunal de Tunis dans la matinée, les trois Femen ont été accueillies par une dizaine de personnes rassemblées devant le palais de Justice pour exprimer leur colère contre l’action des Femen, qui a choqué plusieurs témoins tunisiens. Elles sont ensuite entrées dans la salle d’audience, vêtues du voile traditionnel tunisien, le safsari. Patrick Klugman, avocat français venu pour représenter les Femen et les familles des militantes a été autorisé à plaider.

Les trois femmes sont accusées de "débauche", une peine passible de six mois de prison ferme. Selon l’avocat, il n’y a pas eu de débauche au sens propre du terme : "leur corps n’est pas un objet d’exhibition pour séduire mais un message politique […] qui est contraire à la débauche", a-t-il expliqué à l’AFP. Le parti islamiste au pouvoir Ennahda n’a pas commenté l’offensive des Femen.

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Manifestation de soutien à Paris

À Paris, une action simultanée s’est déroulée mercredi matin devant l’ambassade de Tunisie à Paris. Une dizaine de Femen, dont la blogueuse  égyptienne Aliaa Elmahdy, ont scandé à genoux et toujours les seins nus : "Amina akbar, Marguerite akbar, Pauline akbar, Joséphine akbar". Des slogans comme "If Allah created me, he created me immoral" ["Si Allah m’a créée, il m’a créée immorale"] ou "Le printemps des femmes arrive" étaient écrits sur leur corps.

Noter
0