Connexion

UKRAINE

L'ex-boxeur Vitali Klitschko annonce sa candidature à la présidence

« Je serai candidat à la présidentielle. Je suis convaincu qu'il faut changer complètement les principes et les règles du jeu en Ukraine, il faut rétablir la justice ». C’est par ces mots que l’ancien boxeur et figure de proue de la contestation Vitali Klitschko, a annoncé, mardi 25 février, sa candidature à l’élection présidentielle anticipée qui se déroulera en Ukraine le 25 mai prochain.

Vitali Klitschko - Photo DR Spoilt-exile

On le surnomme "Docteur poing d'acier". Du haut de ses deux mètres et de ses 114 kilos, Vitali Klitschko, 42 ans, passe difficilement incognito dans la foule de manifestants pro-européens en Ukraine, le plus important mouvement contestataire qu’ait connu le pays depuis la Révolution Orange de 2004. Porte-voix des protestataires qui dénoncent la politique de l’actuel président Viktor Ianoukovitch, ce champion du monde de boxe des super lourds  est devenu l’un des leaders de l’opposition ukrainienne.

Champion du monde 

Né en 1971 au Kirghizstan, Vitali Klitschko est arrivé  à Kiev en 1985 avec sa famille, où il s’initiera au kick-boxing avant de se passionner pour la boxe anglaise. Son palmarès donne le vertige : 45 victoires sur les 47 combats qu’il a disputés. Polyglotte, l’opposant est également le seul champion au monde a pouvoir se targuer d’être titulaire d’un doctorat, après avoir soutenu une thèse sur les "méthodologies de l’évaluation des performances des boxeurs".

Atypique

Personnage atypique, Vitali Klitschko n’est pas un novice en politique. Deux ans après la Révolution orange, il se présente à la mairie de Kiev, avant d'être élu conseiller municipal.

En 2010, il fonde l'Alliance ukrainienne démocratique pour la réforme, Udar – qui signifie "Le Coup" - un parti anticorruption et pro-européen dont il prend la direction. En remportant 14% des suffrages exprimés lors des élections parlementaires de 2012, son parti d’opposition devient la troisième force politique du pays. Propulsé sur le devant de la scène, le boxeur quitte le ring et fait son entrée au Parlement.

Leader de l'opposition

Ultra populaire en Ukraine, Vitali Klitschko devient l'une des figures de proue de l'opposition, avec Arseni Iatseniouk du parti Batkivschina et Oleg Tiagnibok, chef de file nationaliste de la formation Svoboda. 

En mai dernier, il a rassemblé près de 15 000 personnes à Kiev pour réclamer la libération de l’opposante ukrainienne Ioulia Timochenko, emprisonnée depuis 2011.

Il a récemment qualifié de "haute trahison" le rejet du gouvernement concernant l'accord d'association avec l'Union européenne (UE), qui devait être signé au sommet européen de Vilnius, en Lituanie, les 28 et 29 novembre derniers. "Nous voulons vivre de la même manière que vous en Europe occidentale, c’est ce que veut profondément notre peuple : se battre contre la corruption et pour un futur meilleur" a-t-il expliqué au micro de France TV Info. 

Candidat à l’élection présidentielle

S’il est absent des rings depuis 2012, Vitali Klitschko espère bien briller sur la scène politique ; il a d’ailleurs confirmé sa candidature à la présidentielle de 2015. Il devancerait, selon les derniers sondages, l’actuel président décrié Viktor Ianoukovitch au deuxième tour d’une éventuelle élection. Politique ou boxe ? Le colosse devra choisir. La WBC lui laisse jusqu’au 15 décembre pour décider, ou pas, de remettre son titre en jeu, en affrontant le Canadien Bermane Stiverne.

Noter
5