Connexion

Prostitution

VIDEO. Le "quartier rouge" d'Amsterdam s'exporte à Rome

Le maire de la ville a donné son accord à un projet de “quartier rouge”. D’ici le mois d’avril, la prostitution sera officiellement tolérée dans une zone de la capitale italienne.

C’est un passage obligé pour les touristes en voyage dans la capitale des Pays-Bas : le célèbre "quartier rouge". Sur le même modèle qu'Amsterdam, Rome va créer une zone délimitée pour l'exercice des prostituées.

Mettre fin à la "prostitution sauvage"

Le quartier en question est le quartier d'affaires de la ville, dit "L'EUR", au sud du centre historique. La proposition avait été faite par le conseil municipal afin d'en réduire l'impact sur la vie locale, plus de vingt rues de l'arrondissement étant actuellement concernées par ce commerce.


Bientôt un "quartier rouge" à Rome où la... par 6MEDIAS

L'objectif du maire avec cette mesure est de mettre fin à la "prostitution sauvage" qui a lieu depuis trente ans dans les quartiers résidentiels de la capitale. Dans la zone désormais délimitée, les prostitués pourront par ailleurs bénéficier de contrôles sanitaires et du suivi d'assistantes sociales. Mais gare à celles qui tenteraient de sortir de la zone. Elles risquent 500 euros d’amende.

Une législation floue

En Italie, la prostitution n’est pas illégale, mais la loi interdit cependant la prostitution organisée ou le proxénétisme. En 2008, le gouvernement a approuvé une proposition de loi pour interdire la prostitution dans les rues. Le texte, qui n’a jamais été voté, propose de sanctionner "toute personne exerçant la prostitution ou [ceux] en profitant dans des lieux publics". Les proxénètes arrêtés pour avoir mis dans la rue des prostituées mineures risquent des peines encore plus lourdes allant de 6 à 12 ans de prison, et une amende comprise entre 15 000 et 150 000 euros.

Noter
0