Connexion

Assassinat du père Hamel : les ratés du renseignements français

Selon Mediapart, la direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP) de Paris aurait étouffé un raté juste après l’attentat contre le prêtre Jacques Hamel.
Eté 2016, l’homme est assassiné dans son église à Saint-Étienne-du-Rouvray sous les yeux de quelques fidèles.
Les deux tueurs de 19 ans sont connus d’internet, Abdel Malik Petitjean et Adel Kermiche.
Quelques jours plus tôt, dans les bureaux de la DRPP, un agent spécialisé dans la surveillance d’internet
avait consigné une alerte sur une note à propos des menaces d'Adel Kermiche.

Le jihadiste avait posté un message audio où il appelait à attaquer les églises, 5 jours avant l’attentat.

L’agent transmet la note à ses supérieurs hiérarchiques mais personne ne la consulte. 

Selon Mediapart, plusieurs d’entre eux sont en congés.

La note n’atteindra jamais le service responsable de la zone de Saint-Étienne-du-Rouvray.

Le 26 juillet 2016, quelques heures après le meurtre, un officier aurait demandé à un agent d'effacer la fiche de renseignement et d’en faire disparaître les traces. Le but ? Camoufler le "rat".

Noter
0